NDIP : la campagne s’envenime

Élection à la mairie

La campagne à la mairie de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot se corse. L’équipe de la candidate Danie Deschênes doit répondre à des allégations de son ancien agent officiel.

Le candidat à la mairie Richard Mainville a souligné aux Hebdos du Suroît que Jacques Ranger, l’agent officiel du parti fondé par Marie-Claude Nichols, Option citoyens, a décidé de rendre sa démission faute d’appuyer la candidature de Danie Deschênes. Il signale aussi le départ de 17 membres du parti pour les mêmes raisons.

Jacques Ranger confirme les informations. « Je n’ai pas été consulté pour le choix de Danie Deschênes comme candidate à la mairie pour Options citoyens. Elle n’était pas mon choix », explique l’ancien agent officiel. Pour lui, Sylvain Lemire aurait été tout désigné pour représenter la formation politique lancée par l’actuelle députée de Vaudreuil, Marie-Claude Nichols. Or, c’est là que le bât blesse. Effectivement, rappelons que le conseiller municipal a préféré se dissocier d’Option citoyens plutôt que d’appuyer la campagne de Danie Deschênes.

Jacques Ranger renchérit : « Plusieurs autres membres ont quitté la formation avec la même impression de ne pas avoir été consultés. »

«C’est du salissage »

La candidate a une version différente que celle proposée par l’ancien agent officiel sans pour autant nier le fait que les administrateurs du parti n’ont pas été consultés. « C’est vrai. Nous avons préféré prendre le pouls des élus de l’équipe plutôt que des administrateurs. L’équipe de conseillers m’a désignée. D’autre part, après la dernière campagne électorale, nous avons fait le choix de ne plus travailler avec Jacques Ranger comme agent officiel puisque nous avons eu des problèmes avec les finances du parti », témoigne Danie Deschênes. Signalons, au passage, que l’agent officiel est celui qui doit rendre compte des finances d’un parti ou d’un candidat au directeur général des élections du Québec (DGEQ); il s’agit donc d’un rouage important d’une équipe politique en temps d’élection.

Le nouvel agent officiel d’Option citoyens, Guy Amesse, en fonction depuis un mois, apporte plus d’explications : « Il y avait une incompatibilité entre l’équipe et monsieur Ranger depuis la dernière élection. Les conseillers désiraient que les finances soient tenues électroniquement, mais Jacques Ranger les inscrivait manuellement. Il était donc la seule personne au courant des chiffres transmis officiellement. Nous ne présumons pas que c’était mal fait, mais ces méthodes ne convenaient plus. »

Pour Danie Deschênes, cette sortie de membres démissionnaires fait partie d’une tactique de salissage lancée par Richard Mainville. « Monsieur Mainville parle plus de moi que des enjeux et des dossiers qui touchent les citoyens, déplore-t-elle. J’aimerais bien l’entendre sur ce qu’il propose concrètement. »

Vérifications faites

L’agent officiel revoit à la baisse le nombre des membres du parti qui auraient quitté à la suite de la désignation de Danie Deschênes. Alors que Richard Mainville et Jacques Ranger en citent 17, l’administrateur fait plutôt état de trois : Jacques Ranger, Éric Renaud et Sylvain Lemire, qui a vu sa candidature à la mairie rejetée par Option citoyens.

Aussi, du côté du DGEQ, on confirme la démission de Jacques Ranger, mais il lui est impossible de connaître les causes de son départ. Un peu comme pour le registre des membres du parti, il s’agit d’un sujet de régie interne. Enfin, point technique, les membres d’un parti n’ont pas à démissionner lorsqu’ils souhaitent quitter leurs fonctions. Ils n’ont qu’à ne pas renouveler leur affiliation annuelle à une formation.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *