Mozaïk 2017 : l’Escadron 867 et Gymini de retour

En prévision du grand défilé Mozaïk du 23 juin, VIVA média vous propose un survol de chacun des tableaux, dans le but de mieux comprendre la démarche artistique derrière les créations. Cette chronique vous sera proposée à chacune des livraisons de Première Édition et de L’Étoile, jusqu’au défilé!

Escadron 867

Les membres de l’Escadron 867, grands habitués du défilé Mozaïk, seront de retour cette année avec un tableau haut en couleur, chapeauté par l’artiste Tina Struthers.

Le tableau est inspiré de la légende mexicaine du Makesh, soumise par la citoyenne Rebeca Ruiz de Velasco dans le cadre de son cours de francisation. « Quand nous avons appris que nous pouvions soumettre des légendes pour le défilé, j’ai tout de suite pensé à l’histoire du Makesh. Cette histoire m’a marqué quand j’étais jeune. Je suis fière qu’elle soit la source d’inspiration d’un tableau », explique Rebeca.

Le Makesh est un scarabée décoré de pierres précieuses.

La légende du Makesh est une histoire d’amour. Elle raconte l’amour impossible d’une princesse Maya et d’un simple assistant du roi. Puisque la princesse était promise en mariage au prince d’un autre royaume, le roi avait condamné son assistant à être transformé en scarabée pour taire l’amour du couple impossible. Le chaman qui a transformé le jeune homme en scarabée a toutefois offert l’insecte à la princesse, en lui précisant ce qu’il avait été contraint de faire. La princesse décida de le décorer avec des pierres précieuses pour qu’elle puisse le porter comme une broche vivante attachée sur sa robe de mariage près de son cœur pour toute sa vie.

Ainsi, dans le tableau de l’escadron, des éléments et des personnages de l’histoire prendront vie. Le tableau sera ponctué d’éléments de hauteur, de couleurs et de lumière.

Le groupe de l’escadron, qui rayonne à l’échelle provinciale, assurera l’ambiance musicale du tableau.

Gymini

Un autre groupe dont les membres sont des habitués de Mozaïk, l’équipe de Gymini, sera de retour cette année, avec un tableau chapeauté par l’artiste Lucie Bisson.

Le tableau de Gymini s’inspirera de la légende du monstre des Trois-Lacs, issue de la tradition orale locale. En effet, cette histoire prétend que si le lac Memphrémagog, le lac Pohénégamook ou le lac Massawippi en Estrie abritent des monstres marins mythiques, les trois lacs de la région de Vaudreuil-Soulanges ne font pas exception.

Il y a plusieurs décennies, la région avait connu un record de précipitations. Le niveau des eaux était à son plus haut. Ce serait donc en cette seule année que des témoins auraient vu la bête. Certains disent d’ailleurs qu’une preuve tangible de l’existence du monstre persiste : une marque dans la porte de la première écluse de Pointe-des-Cascades.

Les jeunes de Gymini travaillent donc à la création d’un grand monstre marin, dont la base de styromousse a été offerte par Polymos. En plus de décorer le monstre, les jeunes démontreront leur savoir-faire avec quelques routines de gymnastique tout au long du parcours. En musique, ils seront accompagnés de 2 djembés.

Le défilé débute au coin des rues Bourget et Jeannotte. Il monte ensuite la rue Bourget jusqu’à l’avenue Saint-Charles, puis redescend vers le campus Cité-des-Jeunes. Le tout débute à 19 h 45. C’est un rendez-vous!

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *