Moins de miel cette année chez les apiculteurs ?

Éric Bélanger, apiculteur à la ferme Les Petites Écores de Pointe-Fortune, espère que le beau temps sera au rendez-vous en août afin que les abeilles puissent butiner tout leur saoul. Photothèque

On ne peut pas dire que l’été est à son meilleur depuis quelques semaines et si les gens ont tendance à limiter leurs déplacements, les abeilles ont également tendance à être plutôt casanières.

Le problème, c’est que si les abeilles ne sortent pas, elles ne vont pas butiner, ne se regorgent pas de nectar ni de pollen et donc, ne peuvent produire de nouveau miel. Les abeilles doivent quand même se nourrir et pigent dans les réserves de la ruche.  « Cette situation est généralisée dans l’ensemble du Québec, mentionne d’entrée de jeu Éric Bélanger, apiculteur à la ferme Les Petites Écores de Pointe-Fortune. Dans les ruches, on le voit, les abeilles consomment une partie de leur réserve. Nous ici, on arrive à compenser une moindre quantité de miel à cause du nombre plus important de ruches que la ferme dispose par rapport aux années antérieures, mais il est clair que nous en récolterons moins », croit-il.

Déjà, Éric Bélanger a procédé à une première récolte. « Celle du mois d’août va dépendre de la température que l’on aura. S’il ne fait pas beau, les abeilles ne sortiront pas », nous dit l’apiculteur.  La recherche du pollen est importante pour les abeilles puisqu’il constitue leur protéine, nécessaire pour un développement maximal de la ruche.

Selon lui, il est possible que Pointe-Fortune soit située dans un microclimat favorisant de plus belles températures et que le mont Rigaud joue un rôle important dans le déplacement des précipitations.

Chose certaine, c’est que moins de miel implique que les prix sont susceptibles d’augmenter. Reste à savoir si le mois d’août sera plus clément.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *