Marie-Louise Séguin et le sentiment du devoir accompli

Bilan de campagne

La voix enrouée, mélange de fatigue et de virus saisonnier, la candidate du Parti québécois (PQ) dans Soulanges, Marie-Louise Séguin, dresse le bilan du dernier mois. C’est le sentiment du devoir accompli qui l’habite.

Marie-Louise Séguin a confiance de se réveiller mardi matin avec un gouvernement péquiste majoritaire. © Daniel Cuillerier
Marie-Louise Séguin a confiance de se réveiller mardi matin avec un gouvernement péquiste majoritaire. © Daniel Cuillerier

La péquiste de Saint-Télesphore affirmait, en début de campagne, vouloir passer de l’observation à l’action. Elle ne regrette pas son choix. « J’éprouve beaucoup de plaisir à rencontrer les Soulangeois. Aussi, mes visites m’apportent une connaissance fine de la région. C’est véritablement un atout », commente la journaliste de Radio-Canada. Elle souligne en ces termes avoir connu des réactions positives de la part des électeurs : « J’ai rencontré plusieurs visages connus, des gens que j’ai connus à l’école ici, des représentants du milieu culturel ainsi que des personnes que j’ai côtoyées lorsque j’étais journaliste pour L’Écho et L’Étoile. »

Engagements

La candidate affirme avoir préféré, au cours des derniers mois, parler de ses engagements plutôt que d’y aller de promesses colossales et mener une campagne positive. « Il est facile de défendre de vastes projets clés en main, affirme-t-elle. Personne n’est contre la vertu. Mon engagement sur le terrain est de servir de courroie de transmission entre le milieu et l’Assemblée nationale. Il est important de proposer nos idées et de faire avancer tous les projets qui tiennent à cœur aux différents groupes et communautés de la région. Je vois Soulanges comme un tout. »

Dans sa vision de la région, Marie-Louise Séguin cible un dossier structurant : le canal de Soulanges. Selon elle, sa revitalisation est primordiale. Elle désire ainsi discuter avec les citoyens et les intervenants du milieu afin de concevoir un projet qui leur ressemble, et à grandeur humaine. « On doit permettre le dialogue et consulter notre monde », déclare la candidate.

Redonner confiance

La Charte de la laïcité a teinté les derniers mois sur la scène provinciale et également dans Soulanges. « Les gens souhaitent la laïcité et ce n’est pas xénophobe de demander aux immigrants de ne pas afficher leur appartenance religieuse lorsqu’ils travaillent pour l’État », commente la péquiste. Or, selon elle, la question de la corruption a beaucoup plus marqué le souvenir des Soulangeois.

Elle explique : « La corruption a fait des dégâts dans la population. Les gens sont désabusés. La démocratie a reculé. On doit maintenant convaincre les gens de simplement voter. Il faut rappeler que le PQ a voté une loi comme le contrôle du financement des partis politiques et a poussé pour la mise en place de la commission Charbonneau. Les libéraux ont voté 11 fois contre. »

La candidate appelle les électeurs péquistes à se faire entendre ce lundi. « Le PQ est la seule façon de lutter contre la corruption et de faire voter la Charte. Nous voulons aussi passer la Loi Mourir dans la dignité, combattre le décrochage scolaire, conserver les terres agricoles, mettre sur pied l’Assurance-autonomie afin que les aînés restent chez eux. C’est la qualité de vie de notre monde que nous désirons améliorer », conclut Marie-Louise Séguin, candidate du PQ dans Soulanges.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
FAITES-VITE
PUBLICITÉ