L’univers étonnant du sculpteur sur bois Gérard Fuentes

DSC_0109Une petite statuette de bois, aux allures des petits bonshommes de Saint-Jean-Port-Joli, trône parmi tant d’autres dans l’atelier du sculpteur de Rigaud Gérard Fuentes. Cette œuvre, gravée à son nom, est sa toute première. Il l’a réalisé en 1976, il y a tout juste 40 ans.

Gérard Fuentes réside au bord de l’eau, à Rigaud, depuis 2010. Avant cela, sa famille a vécu plusieurs décennies à Saint-Lazare. Son sympathique accent garde toutefois bien vivantes ses racines nord-africaines. En effet, l’artiste est né en Algérie, alors que ce pays était français.

Depuis maintenant 40 ans, Gérard Fuentes s’adonne à la sculpture sur bois. Un art qui représente tout à fait ce qu’il est; un passionné des airs et des arts.

Son lien unique avec la nature s’est tissé dès l’enfance. « En Alégrie, quand j’étais enfant, nous étions tout le temps dans le bois, près des cours d’eau. Tout de suite, j’ai aimé avoir un petit couteau dans ma poche pour manipuler le bois. En Algérie, c’était surtout les saules, près de l’eau. J’enlevais l’écorce et je m’amusais avec ça. C’était tout naturel », se rappelle-t-il.

« La sculpture sur bois existe depuis des siècles. Ici, au Québec, je ne sais pas si c’est dans les gènes à cause des coureurs des bois, mais il y a ici un noyau important de sculpteurs sur bois. C’est un trait que les Québécois partagent avec la population Cajun » – Gérard Fuentes, Rigaud

Premiers essais

Première sculpture réalisée à l'hexacto, en 1976.
Première sculpture réalisée à l’hexacto, en 1976.

Lorsqu’il résidait à Saint-Lazare, un de ses voisins collectionnait les petites statuettes de bois de type Saint-Jean-Port-Joli. Rapidement, ces petites figurines ont fasciné Gérard Fuentes, et il a tenté sa chance en reproduisant une pièce de la collection. L’œuvre sera la première d’une longue série; l’artiste a eu la piqûre.

Il s’est alors lancé dans la sculpture de statuettes d’hommes et de bas-relief. Lors d’une visite au Salon Chasse & Pêche, il a toutefois découvert le domaine de la sculpture de canards. « Je ne pouvais pas croire qu’il s’agissait de sculpture sur bois! », se souvient-il. Cet art nouveau est venu toucher une corde sensible pour Gérard Fuentes, lui pour qui la nature a toujours constitué une grande source d’inspiration.

Il a voulu se lancer dans ce domaine, amorçant un cours auprès de son tout premier professeur, Marcel Dufour. Les résultats ont été fort concluants, puisqu’il décrochait en 1998 ses premiers rubans d’excellence en compétition nationale.

Gérard Fuentes participe depuis plusieurs années aux Championnats mondiaux de sculptures d’oiseaux, aux États-Unis. Il y a décroché de nombreux honneurs au fil des ans. Cette année, il y a entre autres présenté les pièces Autour des palombes avec sa proie, et un couple d’orioles.

Inspiration aérienne

Autour des palombes et sa proie. 2016
Autour des palombes et sa proie. 2016

Sa passion pour la sculpture d’oiseau provient certes de son intérêt pour l’ornithologie. Lorsque sa famille résidait à Saint-Lazare, ils ont développé un intérêt marqué pour l’observation d’oiseaux, multipliant les mangeoires et les ouvrages de référence.

Toutefois, selon l’artiste, sa fascination des oiseaux possède une autre source. « J’ai toujours adoré l’aviation. J’ai d’ailleurs voulu devenir pilote, mais puisque je suis daltonien, je n’ai pu passer le brevet. Je me suis rabattu sur le parachutisme. J’y suis d’ailleurs allé il y a deux ans, avec mes fils, pour mon 70e anniversaire de naissance. Mon attrait est donc pour tout ce qui est aérien », convient-il.

« J’aime faire des balades dans le bois, et sur le bord de l’eau, pour trouver des pièces rejetées par la rivière, que j’utilise ensuite pour faire mes montages » – Gérard Fuentes, Rigaud

Un processus long

Screen shot 2016-05-09 at 11.31.05Des centaines de pièces décorent le studio de création de Gérard Fuentes. Une véritable salle d’exposition; un monde ouvert sur son processus créatif.

D’un côté, deux jolis canards de bois, sans gravure, sans pyrographie et sans teinture. Ces œuvres, aux dires de l’artiste, prennent entre 15 et 30 heures de travail.

Toutefois, les pièces majeures souvent présentées en compétitions internationales, avec des textures pyrographiées et peintes, peuvent mobiliser plus de 600 heures de travail.

En amont, Gérard Fuentes réalise également un important travail de référence. « Lorsque je m’arrête sur une idée de projet, le processus commence. Je prends énormément de notes dans mes cahiers, et je réalise des croquis. J’accumule également des centaines de photos et j’étudie comme ça les formes. Plus je connais mon sujet, meilleur sera le résultat », expose-t-il.

Pour tous

Orioles de Baltimore. 2016.
Orioles de Baltimore. 2016.

Bien que l’art de Gérard Fuentes puisse sembler extrêmement complexe pour la majorité, l’artiste est persuadé que la sculpture sur bois est à la portée de tous. « C’est un art qui est à la portée de tous, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Ce n’est pas si difficile! Je pose toujours ces deux questions aux gens intéressés : Êtes-vous minutieux? Êtes-vous patient? Si oui, vous pourrez réaliser de magnifiques pièces », explique celui qui offre également des ateliers de formation pour tous.

« C’est un passe-temps extrêmement motivant. Vous allez passer une heure; deux heures, et au fur et à mesure, vous allez voir cette créativité qui ressort. Les résultats sont immédiats. Même si j’ai le Parkinson à 95 ans, je vais continuer à sculpter quand même. Ça fera des sculptures originales, quoi! », conclut-il en riant.

DSC_0106

 

Pour en découvrir davantage sur le sculpteur de bois Gérard Fuentes, visitez www.plumageart.com.

 

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
En savoir plus
PUBLICITÉ