L’imitateur Benoit Paquette au Pavillon Wilson

L’imitateur Benoit Paquette sera au Pavillon Wilson, le 8 avril prochain, avec son spectacle Copier-Coller.

Benoit Paquette imite les gens depuis qu’il est jeune. Ses premières victimes ont été ses professeurs et ses amis. Ses premiers pas sur scène ont eu lieu lors de Cégep en spectacle, en 1996, où il racontait des moments en imitant des humoristes. Avec le temps, il a peaufiné sa technique, entre autres, en suivant des cours de chant.

« J’avais un don, je pouvais reproduire un son ou une voix sans problème, mais je n’avais pas de technique. Quand j’ai commencé à faire plusieurs spectacles l’un à la suite de l’autre, je tombais rapidement fatigué et je perdais la voix. J’ai fait de la réadaptation vocale et des cours de chant pendant cinq ans avec Sylvie Lebeau. Depuis ce temps-là, je n’ai plus aucun problème », raconte l’artiste qui a appris le métier d’imitateur de manière autodidacte.

Les humoristes font encore partie de ses imitations en spectacle. Le public de Coteau-du-Lac entendra, entre autres, Sugar Sammy, André Sauvé, Jean-François Mercier, Louis-José Houde, Mike Ward et Jean-Marc Parent lors de son spectacle. Cela est sans compter qu’il imite des politiciens ainsi que des chanteurs comme Pierre Lapointe, Les Trois Accords, Vincent Valière, Dan Bigras, Paul Piché, Kevin Parent et Francis Cabrel.

« J’observe beaucoup plus le physique qu’avant, comment la personne bouge les lèvres, qu’elle articule, sa prononciation, le physique. Je me sers de tout ce que je peux. J’essaye d’être le plus juste possible et d’incarner la personne. J’ai commencé à m’écouter pour peaufiner mes imitations et je me filme également des pieds à la tête », dévoile Benoit Paquette à propos de sa technique pour intégrer une imitation à sa longue liste comprenant environ 80 voix.

La période pour maîtriser une imitation varie d’une voix à l’autre. Certaines peuvent prendre deux minutes alors qu’une autre peut prendre deux ou trois semaines avant que l’imitateur se sente libre et bien de la faire. « Guy a Lepage ça m’a pris deux minutes alors que François Bellefeuille ça m’a pris un bon deux ou trois semaines. En ce moment, je travaille Serge Denoncourt. C’est un tough celui-là, mais je crois que je l’ai pogné », ajoute Benoit Paquette. Chaque semaine, l’artiste se donne lui-même des défis de nouvelles voix à ajouter à son registre.

Sur scène et à la télévision

Benoit Paquette a fait partie des dix premières éditions de Revue et Corrigée au Théâtre du Rideau Vert. Après une pause de deux ans, il rembarque dans la distribution de cette revue de fin d’année, qui sera présentée en décembre prochain. Il ne fait pas seulement des voix sur scène, puisqu’il participe avec un bonheur féroce à ICI LAFLAQUE  à la Radio-Canada, y faisant les voix d’une douzaine de personnages, dont Fred Pellerin, Dan Bigras, Maxime Bernier, Richard Martineau, Gaétan Barrette et Le Pape François.

« J’adore imiter et quand on me donne des commandes comme à ICI Laflaque et à Prière de ne pas envoyer de fleurs. J’ai toujours été un gars de scène. C’est le fun de voir la réaction du public quand on fait des imitations. Quand tu as un bon spectacle rodé et que tu as du plaisir, c’est jouissif », avoue Benoit Paquette, qui fait des imitations depuis plus de 20 ans.

Billets et renseignements : 450 763-5822 poste 222.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *