L’Île-Perrot : Interactions et démocratie

Le maire Marc Roy s’est montré fier de la tenue de l’activité qu’il qualifie « des plus transparentes ».
Le maire Marc Roy s’est montré fier de la tenue de l’activité qu’il qualifie « des plus transparentes ».

Web populi – Souvent interpellées et pointées du doigt dans les dernières années, les municipalités du Québec veulent rétablir un lien direct de confiance avec leurs citoyens. La Ville de L’Île-Perrot a pris le taureau par les cornes avec son troisième Web populi.

« C’est la démocratie à l’état pur », commente le maire de l’endroit, Marc Roy au sortir de sa présentation au Web populi tenu, organisé et diffusé par Viva Média. L’activité se veut, plus précisément, une plateforme d’échange et d’information où le conseil municipal peut répondre en temps réel aux questions des contribuables, mais aussi discuter de dossiers chauds.

Les citoyens, dans les semaines précédant le Web populi 2014, pouvaient déposer leurs questions sur un site web ou sur une page Facebook prévus à cet effet. Des Perrotois ont aussi pu interroger leurs élus dans un vox pop en vidéo tournée dans les jours précédents.

Soirée animée

Tout au long de la séance qui s’est déroulée sur deux heures, les conseillers municipaux et le maire ont répondu aux questions et présenter l’évolution de la Ville sur cinq grands thèmes : aménagement du territoire et développement économique, loisirs et vie communautaire, qualité de vie et environnement, santé financière et fiscalité municipale ainsi qu’infrastructures et transports.

Le conseil a été notamment questionné sur la possibilité de voir un complexe aquatique construit par la Régie en équipement de loisir de l’île Perrot (RELIP). Selon le maire, il ne s’agirait plus que d’une question de temps et de financement. « Ce n’est pas un dossier qui peut se régler du jour au lendemain. La RELIP amorcera dans les prochains mois les phases préparatoires visant à fournir au projet les plans et les devis nécessaires aux demandes de subventions. C’est une infrastructure qui demande un investissement important et nous voulons savoir ce que nous pouvons recevoir comme appui financier », explique l’élu. Toujours selon ses dires, dans un scénario idéal, la construction qui durerait 14 mois s’entamerait en 2016.

Les élus se sont aussi réjouis de l’arrivée du Groupe Maurice à L’Île-Perrot surtout dans le contexte fiscal actuel. Rappelons que l’entreprise spécialisée en construction et en gestion de centre d’hébergement pour les retraités a acquis le terrain de la quincaillerie Rona sur le boulevard Don-Quichotte afin d’y construire une résidence comprenant 300 unités. « Le Groupe Maurice répond à un besoin pour la population locale. De plus, le projet créera 75 emplois, dynamisera le secteur commercial adjacent avec l’arrivée de plus de 300 locataires qui auront à faire des achats et il représente de 300 000 à 400 000 $ en revenus de taxes municipales. Ce n’est pas négligeable », argue Marc Roy. Avec la diminution des transferts provinciaux aux municipalités, cette entrée d’argent frais pourrait être salutaire pour la Ville, toujours aux dires du maire.

« L’interaction entre le conseil et les citoyens que rend possibles le Web populi me touche beaucoup. Ça me fait constater que les enjeux que nous défendons quotidiennement touchent véritablement la population », enchaîne Nancy Pelletier, conseillère municipale.

Les nouvelles en vrac

Les élus perrotois ont profité de la plateforme du Web populi pour annoncer certaines nouvelles, bonnes ou mauvaises pour les citoyens :

  • Le conseil a rappelé la possibilité de voir un Éco-centre satellitaire à celui de Vaudreuil-Dorion construit sur l’île;
  • Le pont de la rivière Proulx (juste à l’ouest du pont Galipeault) sera reconstruit vers la fin de l’été 2015;
  • Les taxes municipales grimperont en moyenne de 4,1 % pour les contribuables, mais ils pourront maintenant diviser leurs paiements en 10 versements;
  • La Ville envisage d’élargir l’intersection entre le Grand Boulevard et le boulevard Perrot en se portant acquéreur d’une partie du terrain du bâtiment abandonné sur l’un des coins. Les élus espèrent que cette décision amenuisera les problèmes de circulation.

En conclusion, pour les élus, il est indéniable que l’activité doit faire un retour au tour des prochaines années.

 

Ce qu’ils ont dit sur les réseaux sociaux

« Merci. Très bonne initiative », Joceline Labonté.

« Je trouve que c’est une idée fantastique de pouvoir commenter les choses qui arrivent à L’Île-Perrot », Lilian Monterrosa.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *