L’heure des bilans pour la SQ

L’heure des bilans a sonné pour la SQ de la MRC de Vaudreuil-Soulanges.
L’heure des bilans a sonné pour la SQ de la MRC de Vaudreuil-Soulanges.

Sécurité – Les dirigeants de la Sûreté du Québec (SQ) de la MRC de Vaudreuil-Soulanges ont dressé leur bilan lundi dernier. La prévention semble faire son œuvre.

Les priorités du corps policier pour 2014-2015 étaient claires : renforcer la sécurité routière dans les zones résidentielles et la prévention de gestes criminels. Selon la capitaine et directrice de poste Ginette Séguin, il est primordial de travailler en prévention plutôt qu’en prévention pour assurer la sécurité des Vaudreuil-Soulangeois.

Les statistiques semblent donner raison à l’approche prônée. En effet, avec une plus grande présence sur les routes, la SQ a vu diminuer le nombre de collisions sur les routes. À titre d’exemple, alors que huit collisions mortelles surviennent annuellement en moyenne, ce sont trois signalements du genre qui ont été faits cette année.

On constate aussi un léger recul du nombre de crimes sur la personne. Seule ombre au tableau, la SQ a répertorié 55 cas d’agressions sexuelles contre une moyenne de 50 par année. Ginette Séguin se désole de ces données tout en invitant la communauté à dénoncer haut et fort ce type de violence. Rappelons que le Comité violence conjugale et agression sexuelle de Vaudreuil-Soulanges a lancé le programme « Ça me concerne » la semaine dernière afin de sensibiliser et livrer les informations pertinentes en cette matière.

La SQ a, de plus, noté une augmentation du nombre d’arrestations pour des conducteurs en état d’ébriété. La capitaine Séguin aimerait voir les statistiques diminuer. « L’été arrive avec tout ce que ça implique. J’invite la population à être vigilante avec l’alcool au volant. Quand on boit, on doit trouver une façon de ne pas conduire : on prend le taxi, on appelle un ami ou encore on reste à coucher après la fête. J’incite aussi les citoyens à insister auprès de leurs amis afin qu’ils ne prennent pas le volant », lance-t-elle. Elle note aussi que la SQ compte sur des agents formés précisément pour cibler les cas d’intoxication aux drogues.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *