Les seigneuries de Vaudreuil et de Rigaud : des racines communes

Pour leur 25e anniversaire, les Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion célèbrent l’histoire unique bien qu’entremêlée des 5 seigneuries qui composent le territoire actuel de Vaudreuil-Soulanges : île Perrot, Rigaud, Vaudreuil, Soulanges et Nouvelle Longueuil. Poursuivons ce survol historique avec deux seigneuries marquées par de grands personnages communs : Vaudreuil et Rigaud.

La région de Vaudreuil-Soulanges a été marquée par de grands personnages qui ont été déterminants pour son histoire. Philippe Rigaud de Vaudreuil compte parmi ces fondateurs qui marqueront plus que par leur nom le destin de la région.

En 1702, la seigneurie de Vaudreuil est concédée à Philippe Rigaud de Vaudreuil. À l’époque, le peuplement de la seigneurie n’est pas amorcé. Cela étant dit, le territoire n’est pas exempt de résidents. De 1703 à 1727, une communauté amérindienne occupe l’île aux Tourtes. Philippe de Rigaud de Vaudreuil n’a pas moussé le peuplement de sa colonie, lui qui était aussi gouverneur général de la Nouvelle-France de 1703 jusqu’à sa mort en 1725.

Ses successeurs Pierre et Pierre-François Rigaud de Vaudreuil héritent de la seigneurie, et contribuent à son premier essor à partir des années 1730.

Pierre, de son nom complet Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnial, sera d’ailleurs le dernier gouverneur général de la Nouvelle-France et signera la capitulation de Montréal en septembre 1760.

L’essor de Rigaud

En 1732, les deux frères Rigaud de Vaudreuil obtiennent une nouvelle seigneurie, celle de Rigaud.

Lorsque les deux frères mettent la main sur cette seigneurie, ils concèderont à quelques censitaires marchands les territoires à l’extrémité ouest pour y pratiquer le commerce de la fourrure. Ce ne sera que 30 ans après la concession qu’un premier groupe de colons s’installera dans la seigneurie de Rigaud ; ce qui marque le début du peuplement.

Après la Conquête en 1763, les deux frères vendent leurs seigneuries de Vaudreuil et de Rigaud à leur cousin Michel Chartier de Lotbinière. Ce dernier contribuera au développement de la seigneurie de Vaudreuil par la construction d’un manoir et d’un moulin, ainsi que par la création du plan du village. Il réservera un terrain pour la Fabrique qui y construira l’église Saint-Michel entre 1783 et 1789.

À son départ définitif vers l’Europe en 1771, Michel Chartier de Lotbinière cède ses deux seigneuries à son fils Alain, de son nom complet Michel Eustache Gaspard Alain Chartier de Lotbinière.

Alain sera un administrateur intelligent et humain qui veillera au développement de ses seigneuries jusqu’à sa mort en 1822, soit pendant 51 ans. Après sa mort, ses trois filles se partageront ses seigneuries. Louise-Josephte obtient Vaudreuil, Julie-Christine obtient la seigneurie de Lotbinière non loin de Québec, et Charlotte obtient Rigaud.

Charlotte Chartier de Lotbinière
Michel Alain Chartier de Lotbinière
Louise-Josephte Chartier de Lotbinière

Charlotte Chartier de Lotbinière, alors seigneuresse de Rigaud, épousera un américain dénommé William Bingham. Le couple ne résidera pas à Rigaud mais bel et bien en Angleterre et en France, et laissera donc la gestion de la seigneurie à un agent et procureur.

Bien qu’il n’ait pas été présent sur le territoire, William Bingham a marqué la toponymie locale. Le secteur à l’ouest du collège Bourget a porté autrefois le nom de village Bingham. De plus, le chemin Saint-Guillaume situé aujourd’hui à Sainte-Marthe lui rend hommage, Guillaume étant la traduction française de William.

Du côté de Vaudreuil

Le nom de Harwood est lié à l’histoire de la seigneurie de Vaudreuil, comme en témoigne la toponymie.

La fille aînée d’Alain Chartier de Lotbinière, Louise-Josephte Chartier de Lotbinière, avait hérité de la seigneurie de Vaudreuil en 1829.

Elle a épousé en 1823 un Anglais d’Angleterre, Robert Unwin Harwood. Elle lui donna plusieurs enfants, lesquels à leur tour hériteront en 1874 du patrimoine vaudreuillois de la famille et qui porteront le nom de Lotbinière-Harwood.

Pour vivre l’histoire et en apprendre davantage sur la vie quotidienne en Nouvelle-France, rendez-vous aux Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion les 1er, 2, 3 et 4 juin, sur le terrain du Musée régional de Vaudreuil-Soulanges. L’ensemble de la programmation est disponible au www.seigneuriales.com.

Source : Centre d’Archives de Vaudreuil-Soulanges

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *