Le revers de la médaille de Marc-André Esculier

Le conseiller municipal du district 4 à Saint-Lazare, Marc-André Esculier, a tenu à exprimer quelques précisions concernant l’éventuel carrefour giratoire. Photothèque

Concerné par la publication de certains faits émis par le maire Robert Grimaudo dans le journal l’Étoile, à propos du débat carrefour giratoire/feux de circulation à l’angle des rues Bédard et St-Louis à Saint-Lazare, le conseiller municipal du district 4, Marc-André Esculier a tenu a apporté quelques précisions.

« Je veux simplement m’assurer que l’information destinée à la population soit appropriée. On parle ici d’une décision qui s’adresse aux élus de tous les niveaux gouvernementaux et qui n’est pas facile à prendre », mentionne-t-il d’entrée de jeu.

Entre autres points, le conseiller précise qu’une seule firme a été mandatée pour évaluer la situation routière de Saint-Lazare soit WSP, auparavant Genivar et non plusieurs. « L’estimation des coûts à 1.2 M$ date d’environ 4 ans et, indexée, elle est estimée dans le budget de 2018 à 1 680 000 $. Le fait aussi que le feu de circulation coûterait 600 000 $ de plus qu’un carrefour giratoire est correct, mais basé sur l’évaluation rapportée à la ville par la seule firme mandatée et comprend l’ajout d’une voie de circulation et le déménagement d’un massif d’Hydro-Québec qui à lui seul est estimé à plus de 350 000 $ », insiste Marc-André Esculier.

Par ailleurs, le déménagement du massif est estimé nécessaire par la firme d’évaluateurs parce que les véhicules lourds ne peuvent passer dessus si on ajoute une voie de circulation. « J’ai la confirmation que le massif traverse le chemin St-Louis et donc les camions lourds passent dessus sur une base journalière. Ce besoin de déménagement est contrarié par des gens qui travaillent dans le domaine et rencontre cette situation couramment », indique le conseiller du district 4.

De même, le conseiller fait remarquer qu’un grand nombre de projets résidentiels sont en cours à Saint-Lazare et le carrefour giratoire est une bonne planification préventive pour accommoder le surplus de circulation routière que cela causera. « La problématique de circulation routière à venir est réellement dans l’est de la ville, plus précisément la rue principale St-Angélique sur sa longueur jusqu’au centre-ville qui montre déjà des signes de ralentissement importants.  Cette rue principale est incapable d’accommoder la circulation d’au moins 2 000 véhicules de plus et une bonne planification allouerait les millions en jeux à participer aux coûts de solution pour une bien plus grande priorité. Cette problématique déjà commencée va affecter tous les résidents de Saint-Lazare qui utilisent le centre-ville pour leurs besoins tel que l’épicerie, pharmacie, bureau de poste, restaurant, etc., et va motiver plusieurs résidents à éviter le centre-ville pour ces besoins », commente Marc-André Esculier.

« On m’a demandé si le carrefour giratoire pourrait aller de l’avant sans consultation de la population via un registre. La réponse est oui. Cette décision est sujette à une décision majoritaire du Conseil municipal. Le maire ne participe pas à cette décision à moins d’un vote 50/50 où il a le droit de vote pour briser l’égalité », énonce-t-il.

Dans un ordre d’idées, le conseiller parle de la réalisation de projets très onéreux dévoilés récemment et toujours en cours tel que l’Hôtel de Ville. Cela affectera les taxes en 2018 et je crois qu’on doit ralentir nos dépenses et s’assurer qu’elles sont pour des projets essentiels maintenant et non dans 10 ans », croit-il.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre