Le glas sonne pour les CRÉ et les CLD

Le premier ministre Philippe Couillard a sonné le glas des CRÉ et des CLD mercredi.

Le premier ministre libéral a dévoilé son pacte fiscal avec les municipalités, qui se traduit par l’amputation de quelque 300 M$ du budget des Villes en 2015.

Québec abolit ainsi les Conférences régionales des élus et les Centres locaux de développement. Les pouvoirs de ces entités seront transférés aux MRC.

Les MRC hériteront ainsi des compétences en matière de développement économique local et de soutien à l’entrepreneuriat.

« Notre gouvernement fait le choix de faire confiance aux élus municipaux », explique le premier ministre Philippe Couillard, en conférence.

Ce pacte fiscal transitoire s’inscrit dans une démarche visant à confier plus de pouvoirs aux municipalités, vers une gouvernance de proximité. L’exercice s’inscrit également dans le cadre de la recherche de l’équilibre budgétaire.

Le financement pour les infrastructures et le transport collectif sera maintenu et celui pour l’aide à la voirie locale sera augmenté de 50 M$ par année, précise Philippe Couillard.

Dans le cadre de cette nouvelle entente, les transferts financiers qui seront versés aux municipalités en 2015 s’élèvent toujours à 3 milliards de dollars.

Les municipalités ont approuvé l’entente et devraient recevoir 598,9 millions de dollars en transferts du gouvernement l’an prochain.

Réactions

Les réactions ont été nombreuses dans Vaudreuil-Soulanges, comme ailleurs.

Karine Lechasseur, responsable des communications au CLD Vaudreuil-Soulanges a bien voulu commenter. « Nous avons compris que les MRC trouveront les moyens de maintenir nos services. Nous allons donc pouvoir continuer à offrir nos services, alors que la MRC assurera une certaine transition. En fait nous allons manœuvrer avec le budget que la MRC nous offrira », lance-t-elle.

Elle assure que pour l’instant les entrepreneurs conservent les services déjà offerts. « Ce qu’il faut retenir de la conférence du gouvernement, c’est que les MRC conservent une certaine flexibilité. Ce qui nous dérange en contrepartie, c’est de perdre le réseau. Nous avions établi une structure au niveau provincial et nous perdons cette expertise », dit Karine Lechasseur.

À la MRC, le responsable des communications, Simon Richard, ne pouvait que commenter les propos émanant de la conférence de presse. « Nous n’avons pas le pacte en main. Nous devons nous contenter des propos émis en conférence de presse. Mais à première vue, ça semble moins dur que ce à quoi nous nous attendions. Nous sommes surtout heureux de savoir que les fonds de développement économique ne seront pas coupés. Ils seront transférés aux MRC. Nous aurons la flexibilité de les gérer comme on l’entend », a-t-il admis.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ