Le Centre de femmes La Moisson dénonce l’austérité

Le Centre de femmes La Moisson à l’Île-Perrot fermera ses portes le 1er mai, une riposte contre l’austérité. (Photothèque)
Le Centre de femmes La Moisson à l’Île-Perrot fermera ses portes le 1er mai, une riposte contre l’austérité. (Photothèque)

Le 1er mai, le Centre de femmes La Moisson sera fermé pour dénoncer les politiques d’austérité du gouvernement.

Le Centre de femmes La Moisson sera fermé le vendredi 1er mai en contestation aux politiques d’austérité infligées par le gouvernement Couillard. L’organisme sans but lucratif réclame aussi un meilleur financement pour leur mission d’aide aux femmes vivant un mal-être lié à différentes problématiques.

Depuis des années, la subvention à la mission octroyée par le Ministère de la Santé et des Services sociaux est indexée bien en dessous de l’augmentation du coût de la vie. Indexation de 1,6 % en 2013-2014, 0,9 % en 2014-2015, et on annonce une indexation de 1 % pour la prochaine année. Or, les frais fixes sont en hausse. « Le gouvernement permet une augmentation de tarif de l’électricité, mais n’ajuste pas la subvention de base. Les salaires ne suivent pas le coût de la vie. L’organisme s’appauvrit. Les travailleuses s’appauvrissent et s’épuisent alors que les demandes d’aide ne cessent d’augmenter », fait remarquer Isabelle Poirier, coordonnatrice du Centre.

« Le gouvernement a une responsabilité sociale qu’il semble actuellement complètement ignorer. Des décisions sont prises sans tenir compte de l’impact social. Il souhaite relever la santé économique de la province, mais dans quel état sera le citoyen quand le déficit sera épongé », questionne la coordonnatrice.

Le nombre de femmes en besoin de soutien psychologique est en croissance et le budget de l’organisme communautaire se déséquilibre d’année en année obligeant l’équipe à investir plus de temps dans les activités d’autofinancement au détriment du temps à aider les femmes dans le besoin.

« Nos services d’aide fonctionnent à pleine capacité, mais nous ne refuserons jamais d’aider une femme par manque de temps ou de moyens. Et ça, le gouvernement le sait. Nous sommes dévouées. Aider est notre priorité, mais le sous-financement jumelé à une augmentation constante de femmes dans le besoin, épuise les travailleuses et nous appauvrit d’année en année.

Ainsi, vendredi nous serons fermés en protestation contre les politiques d’austérité et solidairement à la grande mobilisation sociale. Pour nos conditions de travailleuses, mais aussi pour toutes les femmes qui subissent les contrecoups de ces politiques à préoccupation économique, mais aucunement sociale. »

À ce jour, plus de 400 groupes sociaux de différents secteurs, dont 55 groupes de la Montérégie, ont confirmé la fermeture de leur organisation afin de participer à différentes activités de mobilisation et protester contre l’austérité.

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Voir plus d'information
PUBLICITÉ