Le Centre communautaire des aînés de Soulanges fête son 30e anniversaire

Les invités à la fête du 30e anniversaire. Photothèque

Le 20 avril dernier, le Centre communautaire des aînés de Soulanges célébrait son 30e anniversaire d’existence.

Une cinquantaine de personnes sont venues célébrer cet anniversaire, des anciens, membres du conseil d’administration aux membres actuel s de l’organisme et les employés en passant par des organismes partenaires de Vaudreuil-Soulanges.

« Pour l’occasion, nous avons souligné l’historique de l’organisme en relatant les divers services qui se sont donnés au fil des années, relate Josée Champagne, directrice générale du centre communautaire. « Nous avons également honoré la mémoire de notre fondatrice Jeannine Rioux-Thauvette en dévoilant une superbe gravure sur métal la représentant. Nous avons également remis à chaque participant un album souvenir », résume la directrice qui ajoute qu’un vin d’honneur et du gâteau ont clôturé la fête. « Ensuite, les gens ont pu visiter nos installations dans toute la bâtisse », indique-t-elle.

Histoire

Tout a commencé à la fin de 1986 lorsque, sous l’impulsion de Jeannine Rioux-Thauvette, des bénévoles tels Thérèse Payment, Yvon Bédard et Réal Archambault ont ressenti le besoin de venir en aide aux aînés en leur permettant de sortir de leur solitude par le moyen de diverses activités. « Mais l’espace était restreint. On parle d’un tout petit local, quand, en 1987, ce petit groupe devenu entre-temps la Maison des Aînés signe un bail pour le 12, Curé-Cholet, à St-Polycarpe (nos locaux actuels), qui appartenait à la Commission scolaire des Trois-Lacs », raconte Josée Champagne qui précise que la location coûtait la somme symbolique 1$ par année.

L’organisme se dote d’une table de billard, de tables pour jouer aux cartes et, toujours en 1987, on procède à l’inauguration officielle de La Maison des aînés de Soulanges.  « À cette époque, la Maison des aînés est un lieu de rencontre, et les activités sont les cartes, l’artisanat, le billard, des formations, la généalogie. Il y a même eu des ateliers de couture », mentionne Josée Champagne.

En 1982, la Maison des aînés reprend les activités de la popote roulante (qui a existé de 1982 à  1988) et décide de changer la formule pour des Repas partagés deux fois par semaine. Les aînés se déplacent à la maison de St-Polycarpe et viennent manger un repas préparé et servi par des bénévoles. Il y a tout de même quelques livraisons de repas pour des personnes qui ne peuvent se déplacer.

On sait que maintenant, la Popote roulante dessert une grande partie du territoire de Soulanges.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *