« Le budget conservateur n’aide pas les bonnes personnes » – Peter Schiefke

MA Schiefke Budget
Le candidat libéral de Vaudreuil-Soulanges, Peter Schiefke, croit que le dernier budget conservateur aide ceux qui en ont le moins besoin. (Photothèque)

Le budget du gouvernement Harper dévoilé mardi, ne fait pas l’unanimité dans la région. Le candidat libéral de Vaudreuil-Soulanges aux prochaines élections fédérales 2015, Peter Schiefke, mentionne que le budget Oliver vient en aide à ceux qui en ont le moins besoin.

Selon Peter Schiefke, le budget ne présente aucun plan pour l’emploi ni pour la croissance qui serait profitable aux résidents de Vaudreuil-Soulanges. Les Canadiens méritent un meilleur plan fondé sur la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

« Tous les jours, j’entends les préoccupations de mes voisins : ils veulent une chance réelle et équitable de réussir. Ça passe nécessairement par des augmentations salariales et des occasions d’emploi. Malheureusement, la priorité de Stephen Harper est d’accorder un allégement fiscal de 2 milliards de dollars aux plus riches et de doubler la limite des CELI en prenant des milliers de dollars de la Sécurité de la vieillesse des aînés », déclare le candidat libéral.

Toujours selon lui, depuis que Stephen Harper est au pouvoir, les Canadiens ont fait face à une hausse des niveaux d’endettement, à des revenus stagnants et à des déficits continus. L’an dernier, le taux de chômage, y compris le chômage chez les jeunes, était toujours supérieur à ce qu’il était avant la récession. Selon la CIBC, la qualité des emplois d’aujourd’hui au Canada est passée à son plus faible niveau en un quart de siècle.

« Après plusieurs mois de retard, Stephen Harper n’a présenté ni un budget crédible, ni un plan crédible visant à augmenter les revenus et à créer des occasions d’emploi de qualité pour les résidents de Vaudreuil-Soulanges. Ce dont cette circonscription a besoin, et ce que veulent les familles, ce sont des investissements dans l’infrastructure, l’éducation postsecondaire, les compétences et l’innovation qui généreront une véritable croissance », conclut Schiefke.

Maxime Auger, journaliste

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *