La MRC voudrait que le MTQ agisse pour le canal de Soulanges

La MRC de Vaudreuil-Soulanges aimerait bien que le canal de Soulanges retrouve son lustre et son utilité d’antan.

Lors de la dernière séance publique de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, le 22 mars, cette dernière avait sur son ordre du jour une demande de changement de gouvernance en ce qui a trait au canal de Soulanges.

Depuis 1963, le ministère des Transports du Québec (MTQ) est propriétaire du canal de Soulanges et malgré tous les projets qui ont été soumis au fil du temps par les gens du milieu, rien n’a vraiment bougé et les installations ne cessent de se détériorer. « Nous dénonçons le manque de vison du MTQ en ce qui concerne le canal de Soulanges. Il s’en va en décrépitude et nous aimerions que le gouvernement travaille avec nous afin de le revaloriser, affirme Jean Lalonde, préfet de la MRC. Nous sommes unanimes à la MRC, nous voulons changer la gouvernance dans ce dossier », de dire le préfet. Pour lui, il est clair que le MTQ a fait la preuve que depuis 50 ans, il souffre d’un manque flagrant de vision et il serait préférable qu’il le cède à un autre ministère. « Ils y vont toujours à la pièce et pas dans un plan d’ensemble », dénonce Jean Lalonde.

Avantages économiques

Pour Raymond Malo, urbaniste et directeur général adjoint à la MRC, il est clair qu’un canal de Soulanges revampé veut signifier une plus value majeure au niveau économique dans la région. « On parle d’une longueur de 23 km et de 100 hectares au total, mentionne Raymond Malo. Le canal de Soulanges fait partie de notre patrimoine et le patrimoine, cela sert fort bien au développement économique », fait-il remarquer

Le bâtiment que l`on appelle Le Petit pouvoir, est classé monument historique depuis 1984 et comme propriétaire, le gouvernement a le devoir de l’entretenir. C’est la loi, et pourtant… « Ce canal et les bâtiments ont une importance majeure dans l’histoire, un passé militaire et industriel important. Et puis, tous les canaux du Québec sont de juridiction fédérale sauf le canal de Soulanges », rappelle le directeur adjoint.

Raymond Malo rejoint les dires de Jean Lalonde en ce qui a trait à l’avenir du canal. « Si le MTQ n’a pas de vision, nous, nous en avons une », lance-t-il.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre