Environnement : La MRC est une référence incontournable pour les municipalités

Les rivières sont protégées par des règles édictées par la MRC. Photothèque

Si les municipalités de Vaudreuil-Soulanges ne disposent pas toutes d’un plan de développement durable ou d’une politique environnementale, elles peuvent compter sur la MRC pour les orienter afin qu’elles puissent adopter les mesures les plus appropriées.

D’entrée de jeu, chacune doit respecter une ligne directrice en matière de schéma d’aménagement. Cela inclut des règles édictées pour la protection des berges de nos cours d’eau. « En fait, on parle ici d’une politique nationale que nous intégrons dans le schéma d’aménagement. Les municipalités doivent les inclure dans leurs règlements de zonage, leurs règlements municipaux », explique Raymond Malo, directeur général adjoint à la MRC de Vaudreuil-Soulanges. Ce dernier rappelle qu’il y a près de 4 800 kilomètres de cours d’eau sur le territoire.

« L’érosion des berges est un gros dossier pour nous et les municipalités. Avec les inondations du printemps dernier, on a pu avoir une bonne idée des impacts et connaître le niveau de risque », mentionne-t-il.

Parlant de berges, la MRC a un programme pour inciter les producteurs agricoles à protéger et revitaliser les bandes riveraines des terres agricoles, et cela, en collaboration avec l’UPA et le MAPAQ.

Développement durable

Texte courant : Même si toutes les municipalités ne disposent pas d’un plan de développement durable, Raymond Malo fait remarquer que les dispositions prévues dans le schéma d’aménagement prévoient des notions sociales et économiques. « Nous y proposons des éléments qui touchent d’autres volets du développement durable. Les écocentres, par exemple, n’ont pas que des impacts au niveau de l’environnement, mais aussi économiques. Les municipalités devront adhérer à la politique de collecte de matières organiques (qui démarre l’an prochain), incluant les déchets de table. Il y a un coût, oui, mais songez à tout l’argent que l’on pourra sauver. De plus, nous avons des programmes spécifiques pour les institutions, les entreprises et les commerces.

Il y a aussi un programme prévoyant la protection des boisés auquel les municipalités peuvent adhérer également.  « Il y a le volet sensibilisation et un programme d’aide de mise en valeur des boisées », précise Raymond Malo.

La MRC se veut donc une référence majeure en matière de protection de l’environnement, d’aménagement et de développement durable.

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. France Lemieux

    Les MRC tout comme les municipalités n’ont pas toutes  »les compétences » pour protéger l’environnement notamment l’importation, le stockage et les épandages de boues d’épuration sur les terres agricoles. Pas facile de protéger les sols,les cours d’eau, les nappes phréatique et la biodiversité… pour une MRC… on l’a appris durement en 2011 dans la MRC du Haut St-Laurent. Et avec le beau PGMR de chacune des MRC du Québec… Il va y en avoir des flushgates silencieux. Mais ensemble… on pourrait peut être améliorer la situation… Merci de vous préoccuper de l’environnement. https://www.facebook.com/groups/159397752014/?ref=bookmarks

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Calendrier des Fêtes
25 et 26 décembre
27 et 29 décembre
27 et 29 décembre
Fermé
Fermé
Horaire régulier
Voir l'horaire complet
PUBLICITÉ