La lutte contre la carie dentaire n’est pas gagnée

Photothèque
Photothèque

Des milliers d’examens cliniques réalisés au Québec, en 2012-2013, ont contribué à dresser un portrait de la condition buccodentaire des élèves de 2e et 6e années du primaire en Montérégie. Il en ressort un constat frappant : malgré une amélioration, la majorité des enfants, soit 9 sur 10, ont une ou des caries.

 

L’étude, réalisée par l’Institut national de santé publique du Québec, a permis de mesurer d’importants indicateurs de santé buccodentaire : la carie, les scellants dentaires, la gingivite, la qualité de l’hygiène, les traumatismes et la fluorose dentaire.

Les chiffres en Montérégie ressemblent à ceux de l’ensemble du Québec. La carie dentaire irréversible en deuxième année est passée de 56 % à 52 % (56 % à 53 % au Québec). Alors qu’en sixième année, le changement est majeur avec un passage de 60 % à 36 % (59 % à 36 % au Québec).

Pourquoi l’amélioration est-elle plus notable chez les élèves de sixième année comparativement à ceux de deuxième année?

Les scellants

« L’étude n’était pas spécifiquement ciblée sur les scellants. Par contre, quand on regarde les données, c’est le seul facteur permettant d’expliquer une si grande amélioration », explique le Dr Jean Rodrique, directeur de Santé publique de la Montérégie.

Visant à protéger contre la carie, le scellant dentaire est une mince couche de plastique qu’on applique sur les dents permanentes afin d’empêcher les débris de s’accumuler sur les surfaces inégales de la dent. Ce qui permet à une carie réversible de se cicatriser et de disparaître.

Une carie réversible se limite aux premiers stades de la maladie. On peut en cesser la progression par des actions préventives, alors que la carie irréversible requiert une réparation ou une extraction.

La carie réversible, si on la traite adéquatement, elle peut disparaître.

Bien que l’application de scellants existe depuis les années 1990, ce n’est qu’en 2005 que le ministère de la Santé et des Services sociaux s’est doté d’un programme public de scellants dentaires offerts gratuitement en milieu scolaire aux élèves les plus à risque d’être affectés par la carie. En Montérégie, de plus en plus d’enfants bénéficient de ce service. En 2012-2013, le nombre d’élèves qui s’en sont prévalus était de 1800, alors qu’il est passé à 2800 en 2014-2015.

« On voit que le scellant est une intervention qu’on fait beaucoup en Montérégie. On est une région qui est en croissance et l’on a beaucoup de jeunes. Je serais porté à penser qu’il y a encore de la place à ce qu’on applique plus de scellants », souligne le directeur de Santé publique de la Montérégie.

Hygiène buccondentaire

Même si les résultats sont meilleurs que ceux observés au Québec, seulement 38  % des élèves deuxième année et 26 % des jeunes de sixième année ont des gencives saines en Montérégie.

La majorité des élèves du primaire présenteraient de la rougeur, un saignement ou une enflure de la gencive. Ce qui peut s’expliquer par une moins bonne qualité de l’hygiène buccodentaire. Les données de l’étude témoignent de l’importance de renforcer la prévention en matière de santé buccodentaire en Montérégie afin que la santé buccale des jeunes continue à progresser.

Les élèves des deux niveaux ne sont pas exposés de façon optimale aux mesures préventives liées au fluorure : brossage des dents avec un dentifrice fluoré, application professionnelle de fluorure, suppléments fluorés et fluoration de l’eau potable. Les parents, tout comme l’école et la communauté, doivent renforcer les interventions reconnues et efficaces.

« L’application de scellant est un moyen intéressant pour contrôler la carie réversible, mais il faut insister auprès de la population pour qu’elle fasse attention. Apprenons aux enfants très jeunes à jouer avec la brosse à dents et à se brosser les dents. Faisons aussi attention pour qu’ils ne consomment pas trop de sucre. Ce sont des moyens qui vont faire en sorte qu’on va avoir moins de caries irréversibles », mentionne Jean Rodrigue.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *