Janine Sutto: Départ d’une grande dame ayant marqué l’histoire et les gens d’ici

Moment croqué sur le vif entre Michel Vallée et Janine Sutto lors de la rencontre à la maison Félix-Leclerc en 2015. Photo Daniel Bouguerra

Vers 5 h, ce matin, Janine Sutto est décédée à l’âge de 95 ans. Celle qui a habité le chemin de l’Anse, où elle était voisine de Félix Leclerc, durant les années 1950, a laissé des souvenirs indélébiles chez ceux qui ont eu la chance de la côtoyer.

Le 27 mars 2015, Janine Sutto était de passage à la maison Félix-Leclerc pour raconter ses souvenirs et parler de sa carrière au théâtre, dans le cadre de la Journée Mondiale du Théâtre. La rencontre était animée par Michel Vallée, qui classe cette soirée dans la catégorie des fois où l’on a le privilège de vivre des moments à saveurs d’éternité.

« Ç’a été une nouvelle spéciale à apprendre ce matin. Madame Sutto a demeuré à Vaudreuil longtemps. L’entrevue que j’ai faite avec elle, dans le cadre de la rencontre à la maison Félix-Leclerc, va rester marquée à jamais dans ma tête et dans mon cœur. Cette femme avait un don pour que la connexion avec les gens se fasse automatiquement. J’avais l’impression de la connaître depuis 20 ans quand je me suis assis à côté d’elle et qu’on a passé cette heure-là avec les gens. Ce que je vais retenir de cette soirée, c’est à quel point cette femme faisait confiance, elle était très généreuse et elle nous permettait d’entrer dans son univers. Elle était autant à l’écoute qu’elle parlait. C’est ce qui venait nous toucher », raconte Michel Vallée, qui avait été frappé par son honnêteté, sa mémoire et son accueil.

Janine Sutto a fait un métier qu’elle adorait pendant plus de 75 ans. Elle a participé aux débuts de la télévision, au lancement du cinéma québécois et même à la première série de fiction pour le Web. Toutefois, le théâtre a toujours occupé une place prépondérante dans son cœur et dans sa vie. Elle a, entre autres, contribué à la naissance du Théâtre du Nouveau Monde et a signé sa première mise en scène avec la pièce Sonnez les matines de Félix Leclerc, qui avait été présentée au Théâtre du Rideau Vert en 1978.

Janine de Vaudreuil

Janine Sutto et Félix Leclerc se connaissaient bien, puisqu’ils étaient voisins sur le chemin de l’Anse à Vaudreuil-Dorion dans les années 1950 et 1960. La comédienne a souvent été le premier public pour les nouvelles chansons composées par Félix. Leur amitié s’est développée pendant cette période. Époque que la dame disait être l’une des plus heureuses de sa vie. Félix Leclerc avait servi de témoin au mariage de Janine Sutto et d’Henri Deyglun en mai 1961. Le couple lui avait aussi demandé d’être le parrain de leur fille Mireille.

Contacté ce matin, Martin Leclerc, le fils aîné de Félix Leclerc, venait d’apprendre à la radio la nouvelle du décès de son ancienne voisine.

« Je n’ai pas beaucoup de souvenirs, j’étais encore jeune. On avait deux Colleys, mon père me montrait comment les atteler l’hiver. Quand il y avait une tempête et que les chemins étaient barrés, je prenais le traîneau et les deux chiens pour aller chez Janine, qui était à un quart de kilomètre de chez nous, si on peut dire. C’était comme une habitude, je ne cognais même pas. Elle m’offrait un Coke et j’aimais ça. Le dimanche, on allait manger chez eux le midi. C’était le fun et ça jasait. C’était régulier pendant un certain temps qu’on allait chez eux. C’était une habitude. On était bien reçus et l’on mangeait dehors souvent », se remémore Martin Leclerc en fouillant dans ses souvenirs. La maison de Janine Sutto n’existe plus depuis de nombreuses années.

Lors du tournage de son documentaire Le 186, pour la mémoire, en 2014, Martin Leclerc avait revu la grande dame pour recueillir son témoignage sur l’importance de sauvegarder la mémoire de Félix à Vaudreuil. Ce documentaire, lancé en 2016, relate les travaux de restauration de la maison de Félix à Vaudreuil-Dorion et fait intervenir certains personnages clés sur l’époque où Félix habitait le chemin de l’Anse.

Amie de la maison Félix-Leclerc

Lorraine Messer, présidente de la Société de sauvegarde de la mémoire de Félix Leclerc à Vaudreuil-Dorion (SSMFLVD), a, elle aussi, eu un contact privilégié avec Janine Sutto, qui a toujours appuyé le projet de restauration de la maison de Félix Leclerc.

« Depuis 2005, elle est une amie de la maison Félix-Leclerc. Le plus beau souvenir, c’est la rencontre avec Michel Vallée dans le salon. Elle avait une belle simplicité. Elle m’appelait toujours Lorraine. Elle était incroyable et remplie d’énergie. Pour moi, c’est le souvenir d’une grande amie de la maison Félix-Leclerc. Elle était prête à nous appuyer tout le temps. Dans le documentaire de Martin Leclerc elle disait : il faut que ça existe des maisons comme ça. Elle était une vivante avec beaucoup d’énergie. J’ai une amie qui a participé à la pièce Les belles-sœurs de Michel Tremblay, au début des années 2000. Elle me racontait que, le soir, la troupe était crevée, mais Janine voulait sortir elle », souligne Lorraine Messer, qui se considère chanceuse de l’avoir côtoyée.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre