Étienne Dano et l’attrait du contresens

Très connu dans la région, l’humoriste et animateur Étienne Dano s’apprête à lancer son deuxième spectacle solo. Après Excessif, voilà qu’il nous a concocté À contresens. La première aura lieu Chez Maurice, là où tout a commencé, le vendredi 13 octobre.

Cette fameuse salle de spectacles, les grands noms de l’humour l’ont tous fréquentée. Étienne se souvient y avoir été à maintes reprises voir ses premiers spectacles d’humour. « C’était un spot où on allait entre chums. Je me souviens être allé voir Maxime Martin qui rodait son spectacle et des soirées d’humour animées par Stéphane Fallu » lance celui qui y a également animé les Drôles de jeudis durant trois belles années.

Une autoproduction

Pour son nouveau spectacle, Étienne Dano avait le goût d’un changement. Son premier spectacle ayant été produit par la grosse boîte Evenko, il souhaitait voler de ses propres ailes, avec tout ce que cela implique. « J’avais le goût d’auto produire mon deuxième one-man-show, à ma façon, avec des idées un peu plus dans la marge », précise le trentenaire originaire de Beauharnois. Excessif a été présenté plus d’une centaine de fois, en Alberta, en Saskatchewan, au Nouveau-Brunswick, au Yukon et au Québec. « J’ai eu beaucoup de plaisir, mais je n’ai pas fait d’argent », déclare-t-il en toute transparence. Il rappelle que sur une vingtaine d’humoristes, il n’y en a qu’un seul qui obtiendra le gros salaire, même si le public a tendance à croire que c’est le cas de tous les humoristes.

Étienne s’occupe donc lui-même de sa promotion, qui repose principalement sur les réseaux sociaux, ainsi que des contrats avec les diffuseurs. Ses deux parents ayant chacun leur commerce, sa fibre entrepreneuriale peut enfin être mise à contribution. « Je dois t’avouer que des fois, ça me retarde dans mon côté artistique. Et quand j’embarque en création, ça me retarde dans le côté production. Des fois je suis moins tight dans mes retours d’appels et de courriels… Mais au final moi j’ai bien du fun là-dedans. Ça m’allume au boutte! »

S’autoproduire permet aussi à Étienne de choisir où il souhaite performer. « En allant chez Maurice, ça vient me rejoindre dans mes origines, c’est dans mon coin et les propriétaires me connaissent. » Et cela signifie aussi qu’il a le contrôle sur le coût des billets. Il vise donc un prix qui ne dépasse pas le 30 $.

Double sens

« À contresens, c’est un clin d’œil à la façon dont je me produis et à une ligne directrice subtile du spectacle, explique l’humoriste. Des fois, on peut réussir sans nécessairement suivre les codes, les lois non écrites de la société. » Selon lui, on peut tous réussir même si l’on n’entre pas dans le moule. Il cite notamment une anecdote, alors qu’il occupait un emploi d’étudiant. « Une job que je n’aimais pas faire, je la faisais pour payer mes études, mais j’ai trouvé le moyen d’avoir du fun, sans trop écouter toutes les règles du boss… »

#Danostalgie

Depuis son premier spectacle, la nostalgie fait partie intégrante du discours d’Étienne Dano. Ses abonnés sur les réseaux sociaux peuvent d’ailleurs en témoigner. « La raison pour laquelle j’aime parler de nostalgie, c’est une façon de joindre les gens de ma génération, c’est comme une stratégie marketing et créatrice. » Toutefois, le grand fan des années 1990 n’a aucun mal à s’adapter aux nouvelles technologies. « J’aime ça au boutte! Moi je m’adapte! Veut, veut pas, les réseaux sociaux j’en ai besoin », lance-t-il. Cependant, son public devra attendre encore longtemps avant de le voir sur d’autres réseaux que Facebook et Instagram. Il s’avoue dépassé par les applications du type Snapchat.

« Si tu as eu le cours de FPS, t’es mon public cible! »


Questionnaire rétro

La musique qui t’a marqué?

La toune qui a marqué le plus mon adolescence, c’est When I come around de Green Day, c’était la première fois que j’écoutais d’autres styles que ce qui jouait à la radio. Sinon l’album de Jean Leloup. Le premier CD que je me suis acheté, c’est Les Colocs.

Ce qui jouait dans ton écran?

Dans mon adolescence, c’était beaucoup Les Simpsons! Mais dans mon enfance, l’émission qui m’a marqué beaucoup, c’est Le Petit Castor.

Ton jouet préféré?

Moi c’était les Legos et les G.I. Joe!

Une mode qui te manque?

Des souliers Adidas Stan Smiths! Ça j’en ai eu toute mon enfance, et cette année je m’en suis acheté deux paires!


Nouvelles aventures

Dès cet automne, le public pourra voir Étienne Dano à la barre d’une émission télévisée à RDS. Il en sera le coanimateur, avec François-Étienne Corbin. Il décrit cette nouvelle émission de talk-show à la Jimmy Fallon, avec un contexte sportif, évidemment. Le sommet accueillera des invités chaque semaine, selon l’actualité sportive. Même si Étienne Dano ne pratique pas de sports sérieusement, il se dit toutefois un grand amateur d’événements sportifs.

« Je suis d’abord un sportif de salon, je suis beaucoup le hockey,  le baseball, un peu le football… Je joue au hockey balle parce que je ne suis pas un bon patineur, je joue au golf et au baseball de temps en temps. » Au moins une fois par année, il visite un stade. D’ailleurs, cette semaine, il se rend à Cincinnati pour y voir un match de football et un autre de baseball. « Un de mes objectifs de vie, c’est d’avoir visité tous les stades de baseball majeur. J’en ai dix à mon actif, il y en a trente», confie l’humoriste, enthousiaste.

Un autre projet verra le jour sous peu pour Étienne. Avec un ami, Maxime Lalonde, qui compte une dizaine d’années à la radio Énergie, il propose un concept d’émission intemporelle, qui peut être vendue à plusieurs chaînes en région. Par exemple, la station de Salaberry-de-Valleyfield (le 103,1) celle de Coaticook et une autre en Abitibi ont déjà accepté de diffuser cette nouvelle émission. Bref, le public n’a pas fini d’entendre le nom Étienne Dano. D’une façon ou d’une autre, ou encore à contresens, il se rendra dans nos salons, nos voitures, nos discussions…

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *