Ensemble pour contrer l’insalubrité morbide

Les membres du Comité ont mis sur pied un plan d’actions fluides pour contrer l’insalubrité morbide.
Les membres du Comité ont mis sur pied un plan d’actions fluides pour contrer l’insalubrité morbide.

Santé – Agir ensemble pour avoir une plus grande portée, c’est l’objectif que vise le CISSS de la Montérégie-Ouest avec la trajectoire d’intervention en insalubrité morbide.

On qualifie d’insalubrité morbide toute situation où une personne réside dans un logement présentant des caractéristiques comme la saleté extrême, l’encombrement d’objets hétéroclites, la présence de déchets nauséabonds, d’insectes, de vermine, ou encore un nombre important d’animaux. Ces cas peuvent entraîner des risques pour la santé et la sécurité des occupants, de même que pour les voisins, les proches et même les intervenants en contact avec le milieu.

Selon docteur Jean Rodrigue, directeur de la santé publique de la Montérégie, de nombreuses raisons peuvent expliquer les comportements qui mènent à l’insalubrité morbide. Or, il arrive souvent que les gens qui y contribuent, toujours selon le spécialiste, soient réfractaires à l’aide. De plus, le manque de cohésion entre les acteurs ayant la capacité de remédier à situation complique la prise en charge d’individus en danger.

Concertation

Peu satisfaits de cette réalité, la Sûreté du Québec, la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie, des élus, préventionnistes, des employés municipaux et représentants du CISSS de la Montérégie-Ouest ont mis sur pied le Comité intersectoriel de la trajectoire en insalubrité morbide de Vaudreuil-Soulanges. Ce rassemblement d’acteurs locaux a tracé, au terme de plusieurs mois de travail, la trajectoire d’intervention en insalubrité morbide. Plus précisément, cette dernière permettra de mieux définir les rôles et les responsabilités de chaque acteur, mais également d’élaborer des outils qui faciliteront la concertation entre les instances afin d’agir en collaboration dans les cas d’insalubrité morbide. Pierre-Eric Dureault, pompier-préventionniste pour Coteau-du-Lac et membre du Comité, précise : « Auparavant, la municipalité ou tout autre intervenant agissaient seuls et sans moyens concrets d’intervention; maintenant, les acteurs se parlent avant, pendant, et après les interventions respectives de chacun, créant ainsi un filet de sécurité pour la personne dans le besoin. » Selon le préventionniste, la trajectoire rend plus fluides les actions pour contrer l’insalubrité morbide dans Vaudreuil-Soulanges.

Pour le docteur Rodrigue, « la collaboration est certainement le meilleur moyen d’intervenir dans ces situations et d’aider les gens qui vivent dans un milieu insalubre ». Il a d’ailleurs tenu à féliciter les concepteurs de la trajectoire. Vaudreuil-Soulanges, de cette façon, n’est seulement que la troisième région en Montérégie à se prévaloir de cette concertation.

Responsabilité citoyenne

Michel Vaillancourt, conseiller en sécurité incendie pour la MRC de Vaudreuil-Soulanges, souligne que chaque municipalité rencontre des situations d’insalubrité morbide. Elles seront désormais mieux équipées pour leur faire face.

Il rappelle d’ailleurs que les signalements de cas relèvent, entre autres, de tous les citoyens. En ce sens, les Vaudreuil-Soulangeois peuvent communiquer avec le 3-1-1 pour lancer une intervention auprès d’une personne qu’ils croient en danger.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *