Énergie Est : La CMM dit non

Le projet Énergie Est vise à compléter un réseau de pipelines pour l’acheminement du pétrole albertain dans l’est canadien.Photothèque
Le projet Énergie Est vise à compléter un réseau de pipelines pour l’acheminement du pétrole albertain dans l’est canadien.Photothèque

Environnement – La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) y est allée d’un coup de tonnerre jeudi, concernant le projet Énergie Est de la firme TransCanada. Satisfaite, la MRC de Vaudreuil-Soulanges demeure sur sa faim.

La compagnie de transport pétrolier TransCanada, dans son dessein d’acheminer du pétrole albertain vers l’est, a lancé son projet Énergie Est : un pipeline qui ferait passer 1 100 000 barils de pétrole par jour dans le sous-sol vaudreuil-soulangeois.

La CMM est un organisme de gestion régionale des services à la population de la région urbaine de Montréal. Elle comporte 82 municipalités, dont neuf dans la région de Vaudreuil-Soulanges : L’Île-Cadieux, L’Île-Perrot, Les Cèdres, Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Pincourt, Saint-Lazare, Terrasse-Vaudreuil, Vaudreuil-Dorion et Vaudreuil-sur-le-Lac.
Elle s’est opposée jeudi à la mise en place du pipeline de TransCanada.

Selon Denis Coderre, maire de Montréal et président de la CMM: « Le projet de la compagnie TransCanada comporte des risques importants pour notre environnement et trop peu de retombées pour notre économie. Le projet Oléoduc Énergie Est n’obtient pas la note de passage du point de vue économique, social, environnemental et de la sécurité publique. C’est cette position que la CMM va défendre. Nous allons également demander au gouvernement fédéral de changer la loi actuelle afin d’inclure, dans son évaluation de ce projet, les impacts environnementaux incluant les GES produits lors du transport et de l’exploitation dont est issu le pétrole, et les impacts en cas de déversement. »

En bref, pour la CMM, avec Denis Coderre, le projet Énergie Est représente trop de risques pour les potentielles retombées.

Jean A. Lalonde aurait aimé que la CMMs’oppose avec la même fermeté au renversement du flux de la ligne 9b.
Jean A. Lalonde aurait aimé que la CMMs’oppose avec la même fermeté au renversement du flux de la ligne 9b.

La MRC mi-figue mi-raisin

Les représentants de la MRC de Vaudreuil-Soulanges clament ce point haut et fort depuis de nombreux mois. Le préfet et maire de Très-Saint-Rédempteur Jean A. Laonde soutient que les projets des firmes Enbridge et TransCanada mettent à risque les citoyens, l’environnement et les cours d’eau de la région. Il rappelle, en plus des forts dangers de catastrophes naturelles, la faible création d’emplois engendrée par ce genre d’infrastructures. « Si mes souvenirs sont bons, Enbridge devrait créer 12 emplois avec la ligne 9b », souligne Jean A. Lalonde.

Il se dit satisfait de la prise de position de ses confrères de la CMM mais il se questionne sur celle-ci. « Le projet de la ligne 9b d’Enbridge représente les mêmes risques et les mêmes faibles retombées que le projet Énergie Est de TransCanada. Alors pourquoi la CMM n’a rien dit contre Enbridge mais s’oppose à TransCanada? », lance l’homme politique.

Sur le fond, martèle-t-il, la position de la MRC de Vaudreuil-Soulanges quant aux projets pétrolifères: la nécessité d’un plan de mesures d’urgence transmis aux services d’incendie de la région et d’une assurance d’un milliard de dollars pour couvrir tous accidents environnementaux.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *