Enbridge : Des citoyens demandent à l’ONÉ de respecter ses propres conditions

À quelques mois du coup d’envoi du projet d’inversion d’Enbridge, des citoyens et des élus de la région intensifient leurs actions pour dénoncer les failles du projet.

Le collectif Les Citoyens au Courant a déposé cette semaine, auprès de l’Office national de l’énergie (ONÉ), une demande de révision administrative.

Le collectif exige que l’ONÉ réévalue sa décision d’accepter les garanties fournies par Enbridge sur la protection des cours d’eau traversés par son projet.

Le collectif demande aussi à l’Office de ne pas amorcer l’évaluation de la mise en service tant et aussi longtemps que les garanties de sécurité minimales ne seront pas remplies par Enbridge.
« Il est tout simplement impensable pour nous que l’Office, qui est censé voir à la protection de l’environnement, permette que du pétrole issu des sables bitumineux soit transporté dans ces conditions à travers les cours d’eau de notre région », s’indigne Lorraine Caron, membre des Citoyens au Courant.

Respect des conditions

Par son ordonnance du 6 mars 2014, l’ONÉ imposait à Enbridge une série de conditions à respecter avant de pouvoir déposer une demande de mise en service.

L’entreprise devait entre autres installer des vannes de part et d’autre de chaque cours d’eau important franchi par son oléoduc.

Or, après avoir épluché la documentation fournie à l’Office par Enbridge, les Citoyens au Courant, appuyés dans leur démarche par le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE), ont constaté que dans 92 cas sur 95, des vannes ne sont pas installées à moins de 1 km de part et d’autre du franchissement des cours d’eau importants, tel qu’initialement requis par l’ONÉ.

« Nous dépendons de ces cours d’eau pour nos activités économiques, récréatives, notre santé et notre bien-être », insiste Lorraine Caron. « Nous attendons de l’Office qu’il ne prenne pas le parti de l’industrie et qu’il assume avec sérieux son obligation d’assurer la sécurité de nos communautés. »
Enbridge espère réaliser dès juin le renversement du flux de son oléoduc 9B, lequel transporterait 300 000 barils par jour de pétrole principalement issu des sables bitumineux.

Rigaud se positionne

SL15-Enbridge
Le Maire de Rigaud Hans Gruenwald est sensible aux inquiétudes des Citoyens au Courant et à la sécurité des citoyens de la région. (Daniel Cuillerier)

Les inquiétudes formulées par Les Citoyens au Courant trouvent écho chez les élus de Vaudreuil-Soulanges.

À ce titre, lors de la séance du 9 mars, la municipalité de Rigaud est devenue la première au Québec à voter une résolution exigeant que l’ONÉ force Enbridge à réaliser des tests hydrostatiques sur l’oléoduc 9B avant son inversion.

De nombreux experts de l’industrie pétrolière ont soulevé le caractère crucial de ces tests pour mettre à l’épreuve l’oléoduc, et déceler d’éventuelles fissures.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. j.robinson

    Est-ce que la cie a fait connaitre l’état de la conduite en acier, j’imagine,
    la pression actuelle dans le tuyau,et la pression proposée.
    c’est très important, pour évaluer les risque de fuite et de bris.sur la dite conduite.

    merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre