En faire plus avec moins

Colette Vincent et Éric Pronovost déplorent le manque de considération à l’égard des employés de soutien en milieu scolaire.
Colette Vincent et Éric Pronovost déplorent le manque de considération à l’égard des employés de soutien en milieu scolaire.

Campagne « L’école a besoin de soutien »

Des représentants syndicaux sont actuellement en tournée dans tout le Québec pour défendre le personnel de soutien du secteur de l’éducation. Ils étaient à Vaudreuil-Dorion jeudi.

La Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS) et le Syndicat du personnel de soutien des Trois-Lacs (SPSTL), tous deux affiliés à la Centrale des syndicats du Québec, réclament du gouvernement la valorisation de leurs membres, qui sont, pour la plupart, liés directement aux services aux élèves.

« Lorsque les commissions scolaires font des coupures budgétaires, ce sont souvent les employés de soutien qui en font les frais », déplore Éric Pronovost, président de la FPSS, qui regroupe quelque 27 000 membres.

« Le manque de ressources entraîne un manque de personnel. C’est le service aux élèves qui en subit les contrecoups au bout de la ligne. Nous devons toujours faire plus avec moins », explique pour sa part Colette Vincent, présidente du SPSTL.

La tournée syndicale, lancée il y a trois semaines, a pour but non seulement de dénoncer le manque de ressources, mais aussi de demander une plus grande valorisation du soutien scolaire et de reconnaître toute l’aide apportée aux élèves. « Les employés de soutien, c’est plus que les concierges et les secrétaires. C’est aussi les techniciens en éducation spécialisée, les ouvriers ou encore les préposés aux élèves handicapés. Ils sont omniprésents dans la journée des jeunes », conclut Colette Vincent, qui représente 1027 membres et 43 corps d’emploi.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ