Dragage des canaux : à qui la facture ?

Les membres du conseil de Saint-Zotique ont fait face à plusieurs différends quant au dragage des canaux lors de l’assemblée municipale mardi soir dernier. © Marie-Maxime Cousineau
Les membres du conseil de Saint-Zotique ont fait face à plusieurs différends quant au dragage des canaux lors de l’assemblée municipale mardi soir dernier.
© Marie-Maxime Cousineau

Saint-Zotique

Mardi soir, en assemblée municipale, les membres du conseil de Saint-Zotique avaient d’entrée de jeu décidé de reporter le dossier du dragage de deux canaux à une séance ultérieure, faisant face à quelques différends. Cependant, il s’est trouvé plusieurs citoyens pour se plaindre de la situation des canaux, si bien que le débat a été ravivé au cours de la soirée.

En 2015, Saint-Zotique envisage de procéder au dragage de l’embouchure des canaux des 68e et 81e avenues. Ces canaux, qui font partie d’un ensemble de 25 canaux, font de la municipalité une attraction unique dans Vaudreuil-Soulanges. Cette annonce risque de ravir les citoyens puisque nombre d’entre eux disent avoir de la difficulté à naviguer dans les embouchures des canaux en raison d’amoncellement de sédiments.

Lors de l’assemblée municipale, le conseil a approuvé l’octroi d’un contrat pour le faucardage des plantes aquatiques s’élevant à près de 50 000 $. Certains membres ont cependant demandé à ce que l’octroi d’un mandat pour des services professionnels reliés au dragage de deux canaux, également d’un montant de 50 000 $, soit reporté à une séance ultérieure.

Utiliser la taxe de valorisation?

Cependant, quand vient le temps de payer la facture, les discordances surviennent. Alors que certains prônent que les coûts de telles opérations devraient être répartis entre tous les citoyens de la municipalité, d’autres estiment plutôt que ces coûts devraient être assumés par les résidents du secteur des canaux.

En effet, pour s’acquitter d’une telle somme, le conseil a prévu utiliser la taxe de secteur riverain, un montant récolté lors du budget 2014 et s’élevant à 81 000 $.

Pour combler la somme manquante, le conseil pourrait utiliser les fonds amassés par la nouvelle taxe de valorisation du territoire qui a fait son apparition en 2014 et qui est payée par l’ensemble des citoyens. « Il s’agit d’une taxe de 0,02 $ par tranche d’évaluation de 100 $. Cette taxe de valorisation du territoire peut notamment être utilisée pour l’amélioration des canaux, qui font l’attrait de la municipalité », partage le maire Chiasson. Ce à quoi s’opposent plusieurs membres du conseil.

Selon certains conseillers, cette taxe, qui vise la valorisation du territoire, ne devrait pas uniquement servir à valoriser les canaux, une amélioration qui touche uniquement quelques 670 résidences. Assumée par l’ensemble des citoyens, cette taxe permettra d’amasser près 160 000 $ cette année. Selon les dissidents, cette somme devrait être investie dans le district où elle a été perçue afin que tous les citoyens puissent bénéficier d’une valorisation du territoire.

D’autres options possibles ?

Se heurtant à un refus, le maire Chiasson a donc proposé de puiser le 19 000 $ manquant dans le budget 2015, puisque le dragage des canaux devrait être effectué l’année prochaine uniquement.

« C’est maintenant que nous allons en appel d’offres, c’est donc maintenant que nous devons avoir les fonds pour payer la somme exigée. Et pas question d’octroyer un contrat si nous ne savons pas où prendre le financement », s’est opposé le conseiller Éric Lachance lors de la séance du conseil. « Ce n’est pas uniquement le 19 000 $ manquant qui m’empêche de procéder à l’octroi du mandat des services professionnels. Par la suite, nous devrons procéder au dragage des canaux et ce projet va engendrer des coûts avoisinant les 100 000 $. Comment financerons-nous cette somme? C’est bien beau reporter la facture de 19 000 $ en 2015, mais qu’en est-il du 100 000 $ ? », a-t-il questionné en entrevue.

« Par le passé, la manière de fonctionner du conseil était la suivante : l’amélioration des canaux était assumé par l’ensemble des citoyens puisque tous s’en servent. Quant au faucardage des plantes aquatiques, demandé par les résidents du secteur et qui se veut une mesure esthétique, son coût est imputé aux contribuables adjacents aux canaux », a expliqué le maire de Saint-Zotique, Yvon Chiasson. Ce dernier a d’ailleurs partagé son désir de continuer de procéder de la sorte.

« Plusieurs membres du conseil prônent la philosophie utilisateur-payeur. C’est une façon de faire de plus en plus courante, mais qui contribue au clivage de la population. Je suis bien déçu de voir ça », a déploré le maire Chiasson.

Devant ces différends qui ont refait surface au cours de la soirée, le dossier devra être réglé lors d’une séance ultérieure. Le maire de Saint-Zotique rappelle cependant l’importance d’agir dans les plus brefs délais, puisqu’il prévoit que le dragage des canaux devrait être fait en avril 2015.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *