Dossier SAQ : Réaction du syndicat

Le Syndicat des employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ) est interpellé par la situation de la succursale de Rigaud.

En effet, à l’annonce de la suppression des services aux détenteurs de licence, le syndicat a tenté d’en savoir davantage sur les raisons justifiant cette décision. La société d’État a répondu qu’un manque d’espace d’entreposage et une volonté de rentabiliser la succursale de Rigaud expliquaient la décision.

Dans une lettre datée du 23 février, le syndicat se positionne. « Connaissant bien la situation de cette succursale, nous pouvons affirmer sans retenue quand ces affirmations sont fausses. En effet, le service aux restaurateurs est déjà offert par la succursale depuis plusieurs années et jamais nous n’avons rencontré de problème d’entreposage. Et comment le fait de transférer le service de restauration à des succursales plus éloignées pourrait-il aider à rentabiliser davantage la succursale de Rigaud, dans la mesure où cette décision aura pour effet de diminuer les ventes attribuées à cette succursale ? Le tout rend donc cette décision de la SAQ injustifiée et sans fondement valable ».

De plus, le syndicat déplore l’abolition d’un poste régulier à la succursale de Rigaud. Bien que le service soit redirigé vers d’autres succursales, la SAQ a confirmé qu’il n’y aura pas d’hausse es heures travaillées à Saint-Lazare et à Vaudreuil-Dorion. « Il ne s’agit donc pas d’un déplacement de travail, mais d’une suppression complète », nuance Marc-André Mc Sween, vice-président du syndicat.

Un climat d’austérité

Partout dans le réseau de la société d’État, des mesures de resserrement financier sont appliquées. Selon Marc-André McSween, cette pression s’inscrit dans la foulée du climat d’austérité instauré par le gouvernement actuel. « Nous ressentons beaucoup de pression financière. D’ailleurs, malgré une hausse des profits, il n’y a pas de hausses salariales pour les employés réguliers ». dit-il.

Les régions délaissées

Le vice-président du syndicat déplore également la tendance centralisatrice de la SAQ. « La volonté de bien desservir chacune des municipalités, c’est devenu plus important pour les employés des succursales que pour les dirigeants de la société d’État. Les employés veulent offrir un service de proximité de qualité. Au fil du temps, ils tissent des liens avec les restaurateurs et les clients. En contrepartie, la SAQ tends à tout centraliser et à délaisser les région », dit-il.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ