Des investissements majeurs à Saint-Zotique

Mardi soir, en assemblée du conseil, la Municipalité de Saint-Zotique a abordé plusieurs projets majeurs à venir sur son territoire.

D’abord, la Municipalité prévoit la construction de deux terrains de tennis et d’un anneau de glace au parc des Étangs, près de la nouvelle patinoire réfrigérée. Ce projet, dont le coût estimé s’élève à près de 583 000 $, sera financé en partie par le retour de la taxe d’accise sur l’essence.

En effet, la Municipalité recevra sous peu un peu plus de 2 M$ du gouvernement relativement au Programme de la taxe sur l’essence. De nouvelles modalités au programme permettent maintenant aux Municipalités d’affecter 20 % du montant reçu à des travaux de leur choix. Rappelons que la somme était autrefois réservée uniquement à la construction ou la rénovation des bâtiments municipaux et des infrastructures municipales à vocation culturelle, communautaire, sportive ou de loisir.

La somme restante pour ce projet sera amortie par des montants déjà détenus par la Municipalité, si bien que l’investissement n’aura pas d’impact sur les impôts fonciers des résidents.

Malgré tout, il s’est trouvé plusieurs citoyens dans la salle pour s’opposer au projet. « Nous avons déjà deux terrains de tennis à la plage de Saint-Zotique », ont rappelé plusieurs d’entre eux.

Pour sa part, le maire Yvon Chiasson a souligné que la proximité de l’eau rendait les terrains de la plage moins sécuritaires et nécessitait la présence constante d’un gardien. « Nous avons décidé, tous ensemble au Conseil, d’utiliser le 20 % de la taxe d’accise et de l’affecter aux Loisirs », a-t-il partagé.

La construction des terrains de tennis devrait débuter dès août 2015 et les travaux s’étaleront sur six semaines.

Travaux majeurs sur la 72e Avenue

Par ailleurs, les membres du Conseil ont émis un avis d’intention pour le financement des travaux d’égouts et d’aqueducs sur la 72e Avenue. L’aqueduc de la 72e Avenue, construit voilà plus de 30 ans, est muni d’un tuyau de 4 pouces, conforme pour l’époque, mais qui ne convient plus à la réalité du secteur en 2015.

À cinq reprises dans les trois dernières années, le lac Saint-François a débordé sur les rives, ensevelissant les terrains et la rue sous douze pouces d’eau. Aussi, des travaux majeurs s’imposaient dans le secteur.

Les travaux, dont le coût estimé est de 6 M$, visent la réfection de l’aqueduc et des égouts, de même que l’ajout d’égouts pluviaux sur toute la longueur de la 72e Avenue. « En fait, trois options s’offraient à nous. Nous avons sélectionné l’option la plus coûteuse, car elle incluait la construction d’égouts pluviaux, ce qui règlera les problèmes d’inondation dans le futur », a fait savoir le maire Yvon Chiasson.

La Municipalité compte sur une subvention du gouvernement par le biais du Programme d’infrastructure Québec-Municipalités (PIMQ) qui pourrait s’élever, estime le maire Chiasson, à 2,5 M$ ou plus.

Le sujet a soulevé les débats au sein des conseillers, certains insistant pour qu’une partie des travaux soit assumée par les résidents du secteur, mais à la suite d’un vote du Conseil, la majorité des membres a décidé que les travaux seraient assumés par l’ensemble de la Municipalité. « Nous avons toujours procédé de cette façon pour les services d’aqueducs et d’égouts, pourquoi modifier cette formule aujourd’hui? » a questionné le maire.

Ce dernier estime que les travaux n’auront pas d’impact sur les impôts fonciers des citoyens. « Nous utiliserons une partie de la taxe d’essence du gouvernement, la taxe de valorisation (0.02$/100 d’évaluation) qui représente près de 165000$ au total répartit en fonction de la valeur foncière de chaque district. Il y a également moyen d’amortir la somme en établissant un bon budget », partage le maire de Saint-Zotique.

Le Conseil doit entre-temps attendre l’octroi de la subvention du PIMQ. La date du début des travaux est encore incertaine. Les travaux pourraient être entrepris en 2016 ou 2017.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *