Des députés peu convaincus

© Christopher C. Jacques Selon Lucie Charlebois et Yvon Marcoux, le gouvernement n’a pas su démontrer qu’il est un bon gestionnaire des finances publiques.
© Christopher C. Jacques
Selon Lucie Charlebois et Yvon Marcoux, le gouvernement n’a pas su démontrer qu’il est un bon gestionnaire des finances publiques.

Réactions communes au budget Marceau

Les députés régionaux libéraux Lucie Charlebois et Yvon Marcoux sont inquiets. Selon eux, le budget provincial déposé la semaine dernière ne répond pas aux attentes de la population. Ils déplorent en outre son incidence sur les finances des contribuables.

« C’est un travail à moitié fait! » lance Lucie Charlebois, député de Soulanges depuis 2003. Elle se désole de voir que la mise à jour économique proposée par le gouvernement jeudi dernier ne détaille pas les dépenses anticipées. « Tout ce que nous y trouvons, ce sont les revenus prévus. Nous savons cependant que le gouvernement en place a beaucoup de mal à atteindre ses prévisions. »

Son opinion est partagée par le député de Vaudreuil, Yvon Marcoux. Ce dernier souligne que le vérificateur général du Québec, dans son rapport de mercredi dernier, soulève des interrogations sur les chiffres avancés dans le budget Marceau de 2012. « Le vérificateur général parle toujours avec beaucoup de nuances. On peut comprendre qu’il anticipe des coupures dans les prochaines années », affirme l’ancien ministre de la Justice et des Transports.

« Pourquoi le gouvernement ne donne-t-il pas l’heure juste aux Québécois? s’interroge Lucie Charlebois. Le budget inquiète autant les contribuables que les agences de notation. Les finances du Québec sont sous la loupe des grandes agences de crédit, et les prévisions du ministre Nicolas Marceau ne sont rien pour régler cette situation. »

Toujours dans la même poche

Selon Lucie Charlebois, ce budget ne propose rien de très stimulant. Elle craint même ses conséquences sur la classe moyenne. « Le gouvernement puise son argent de la poche de la classe moyenne. Ces gens-là n’ont pas le temps de descendre dans les rues pour manifester. Ils doivent travailler et s’occuper de leur famille », souligne la députée.

Elle fait référence à des augmentations de tarif annoncées par le ministre Marceau. « Les frais de service de garde passeront de 7 $ à 8 $ quotidiennement dès septembre, alors que le coût de l’électricité augmentera de 5,8 %, ajoute Lucie Charlebois. Pour une famille avec deux enfants, ça représente 1000 $ de plus par année. Tout ça s’ajoute aux hausses des taxes scolaires et foncières. »

Rappelons toutefois que le Parti libéral du Québec (PLQ), dans le cadre des élections de 2012, avait annoncé son intention d’indexer le tarif des services de garde. Le prix quotidien serait passé à 7,73 $ en 2013, pour être par la suite soumis à l’inflation. Le PLQ s’était montré disposé à dégeler les tarifs de l’hydro-électricité pour les faire augmenter de 15,5 % de 2014 à 2018.

En attente d’une solution

Dans l’opposition officielle depuis 2012, les députés locaux auraient aimé voir dans le budget des mesures pour stimuler l’économie et instaurer un climat de confiance pour les entrepreneurs. « Le Plan Nord était un projet rassembleur, mais le gouvernement Marois n’a pas cru bon de le maintenir », soutient Yvon Marcoux.

De plus, les députés regrettent que la mise au point économique ne prévoie aucun investissement pour la construction de l’hôpital régional de Vaudreuil-Soulanges et la création d’un pôle logistique national dans la région. « Le Parti québécois ne relève pas le test de la crédibilité », conclut Yvon Marcoux.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Calendrier des Fêtes
25 et 26 décembre
27 et 29 décembre
27 et 29 décembre
Fermé
Fermé
Horaire régulier
Voir l'horaire complet
PUBLICITÉ