Dernier appel pour Bond 2

Quelques années après avoir animé les Drôles de jeudis du Maurice, Philippe Bond revient dans la région, cette fois pour présenter son deuxième spectacle solo, lequel tire à sa fin. Il sera à la salle Albert-Dumouchel de Salaberry-de-Valleyfield le 17 novembre.

Fraîchement rentré au bercail après des vacances à Paris, Philippe Bond semble plus en forme que jamais. Reposé malgré le décalage horaire, l’humoriste avait grandement besoin de vacances. « Je n’ai pas pris beaucoup de vacances depuis sept ans. J’ai fait trois ans de tournée avec mon premier spectacle et là trois ans et demi avec mon deuxième, et je n’ai pas beaucoup arrêté entre les deux », explique Philippe.
L’ancien animateur des Drôles de jeudis du Maurice a toutefois pris une pause de son horaire chargé pour revenir à Saint-Lazare récemment, histoire de tester quelques nouvelles blagues. « Vous êtes un bon public, vous aimez ça rire, vous connaissez ça l’humour et vous êtes disciplinés. J’ai toujours aimé ça aller dans ce coin-là. Moi mon premier spectacle s’est écrit à Saint-Lazare. »

Du neuf avec du vieux

Même si le spectacle roule depuis 2014, Philippe assure que son contenu a relativement évolué : « si tu as vu mon spectacle en début de tournée et tu le revois, tu vas remarquer qu’il y a au moins trente minutes de nouveau matériel. Moi j’improvise beaucoup et dans mes rappels j’aime jaser avec les gens et il y a souvent de bons gags qui sortent de ça… » raconte celui qui a bonifié son spectacle.
Évidemment, après plus de trois ans à livrer un one-man-show, Philippe se sent plus qu’à l’aise avec son matériel. Quoique l’humoriste confie être dans son élément sur scène. Ironique, puisque plus jeune, Philippe appréhendait les exposés oraux à l’école. « Aujourd’hui ça va bien, je suis zéro nerveux avant un spectacle. Et j’ai autant de fun à le faire qu’au début. »

Spectacle personnel

Il ne reste qu’une quinzaine de représentations de Philippe Bond 2, et déjà la nostalgie s’empare de l’humoriste. « Ce spectacle-là me ressemble beaucoup, je parle de mes amis, d’anecdotes personnelles… », exprime-t-il.
Le public pourra donc apprendre à connaître son ami Jean-Luc, à travers ses yeux. « Il est un personnage en soi. Il est très drôle, mais il ne le sait pas. » Si au départ, ce numéro semblait le moins réussi, il a toutefois insisté à le conserver, l’a peaufiné, et aujourd’hui, il le considère comme son meilleur numéro. « Quand j’entre dans ce numéro-là, j’ai un feeling, je vois le monde se claquer sur les cuisses, c’est la folie! » Et Philippe ajoute que tout ce qui est raconté dans ce passage s’est réellement produit. Rien n’a été inventé.

Le Centre Bell prise 2

Au terme de sa tournée, Philippe présentera une dernière fois son deuxième spectacle au Centre Bell, une expérience qu’il a vécue en 2013 et qu’il souhaitait récidiver. « Ça a été mon plus beau show à vie. Je ne sais pas pourquoi, je suis un fan de hockey j’ai joué toute ma vie alors ça a été ma plus belle soirée», raconte celui qui a sauté sur l’occasion lorsque Evenko lui a proposé l’idée.
Mais après 325 représentations, où près de 200 000 personnes auront vu son spectacle, il fallait arriver avec de petits extras pour cette soirée du 2 février.
Ainsi, tous les numéros qu’il a rédigés pour des galas de Québec et de Montréal seront donc intégrés au spectacle, et des invités-surprises se joindront à lui. « Ça va être sous forme de minigala, et je vais finir avec un numéro inédit que j’ai écrit avec deux autres humoristes que j’aime beaucoup… » De plus, la tête d’affiche fera vivre une soirée de rêve à son neveu de 17 ans, puisqu’il l’a invité à assurer la première partie. « Il tripe sur la musique, il est DJ. Lui la première fois qu’il va sortir faire un vrai show comme DJ, ça va être au Centre Bell devant 5000 ou 6000 personnes », dit-il avec enthousiasme. On entend d’ailleurs la fierté qui l’anime lorsqu’il parle de sa famille, qu’il observera du coin de l’œil lors de cette soirée.

Jamais 2 sans 3

Le troisième spectacle solo de l’humoriste se dessine tranquillement. « On a commencé, on est à l’étape sans censure, on écrit beaucoup. On a déjà une bonne idée de ligne directrice, qui sera différente des deux premiers shows », lance Philippe.
Celui qui a longtemps travaillé comme animateur radio et télé a choisi de prendre une pause de cet aspect de sa carrière. Une décision qui lui permet de souffler un peu et de profiter des petites choses de la vie.
« J’en ai fait pendant 5 ans, mais je me suis brûlé à me lever tous les matins à 3 h 30, ensuite faire de la télé le jour et mes shows le soir. »
Il profite donc de son temps libre pour prendre son café, écrire à la maison, voir ses amis, jouer au hockey deux fois par semaine, en plus de sa tournée qui se poursuit, et quelques contrats ici et là.
D’ailleurs, cette nouvelle liberté lui permettra de passer du temps de qualité avec ses proches durant les Fêtes, une période qu’il passera assurément avec sa famille et sa copine. « Chaque année on se rencontre, on fait un échange de cadeaux.Dans le jour on donne les cadeaux aux enfants… », conclut celui qui revêtait le costume du père Noël les années précédentes.

Quiz Du coq à l’âne

La ville qui t’a marqué en tournée? Joliette, quand j’y vais on dirait que le plafond va arracher! Il y a quelque chose dans l’eau là-bas!

Le compliment le plus étrange que l’on t’ait fait? À l’épicerie, me faire dire «toé t’es épais».

Le dernier film que tu as écouté? Baby driver, c’est excellent, rempli d’action.

Ce que tu voudrais qu’on t’offre pour Noël? Rien, je déteste recevoir des cadeaux. J’adore faire des cadeaux. J’aime magasiner pour les autres…

La chanson qui te fait danser à tout coup? Moi j’aime bien le motown, Marvin Gaye, The Supremes, Stevie Wonder, etc.

 

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *