Début d’accalmie à Hudson

La crue des eaux a été intense, mais maintenant, ça semble vouloir se replacer à Hudson. (Photo Facebook Incendie Hudson Fire)

Jeudi après-midi.

Le cœur du village de Hudson est presque désert. Après le bourdonnement des derniers jours et les 150 à 200 de bénévoles rassemblés au garage municipal pour remplir plus de 100 000 sacs de sable en cinq jours, un calme relatif est revenu. Mais les autorités veillent toujours au grain.

Le niveau d’eau tout le long des 10 km de rivages sur le Lac des Deux-Montagnes a baissé de quelques centimètres. Une quantité impressionnante de débris jonchent le bord des propriétés envahies par cette inondation qui passera tristement à l’histoire.

La rue Main, entièrement inondée à la hauteur de la Traverse d’Oka, a retrouvé son asphalte et les voitures autorisées (circulation locale et intervenants) peuvent enfin circuler sans risque.

Vendredi matin, les autorités de la ville de Hudson constatent que le niveau d’eau a baissé de quelques centimètres additionnels.

L’état-major, composé du directeur du Service des incendies de Hudson, du maire, du directeur général, d’un représentant de la Sécurité civile et de la Sûreté du Québec, se réunit régulièrement pour surveiller l’évolution de la situation et prendre les mesures qui s’imposent.

« Depuis mercredi, nos équipes effectuent des tournées de surveillance et de vérification aux endroits névralgiques », explique Adrian Bonnemayers, directeur du Service des incendies de la ville de Hudson. « On compte à ce jour 98 maisons affectées par la crue des eaux, et 24 de ces maisons (et 46 personnes) ont dû être évacuées ».

Les équipes de pompiers volontaires, aidées de plusieurs bénévoles équipés de cuissardes ou de bottes-pantalons, s’affairent maintenant à solidifier ou rehausser certaines digues.

Avec plus de 2000 sacs de sable en réserve, la ville a pu suspendre les messages d’appel aux bénévoles lancés sur son site Facebook.

« Nous restons toutefois en mode alerte, suivant de très près l’évolution de la météo, alors qu’on annonçait des pluies importantes, surtout pour dimanche », poursuit Adrian Bonnemayers. « Mais depuis ce matin (vendredi), ces prévisions ont été revues à la baisse ce qui fait que nous relancerons un appel aux citoyens, en cas de besoin ».

Même son de cloche à la traverse d’Oka, où le propriétaire Claude Desjardins consulte régulièrement les tableaux affichant les toutes dernières données sur les niveaux et les débits d’eau au barrage de Carillon.

« Le débit était à 8000 mètres cube à la seconde en date de jeudi et il devrait passer à 7300 au cours de la journée de samedi, » constate-t-il. « Le niveau d’eau a baissé de 24 centimètres en deux jours, ce qui est une bonne nouvelle ».

Il est encore trop tôt pour annoncer la date de réouverture du service de traversier reliant Hudson à Oka. La ville d’Oka est également aux prises avec d’importantes inondations qui recouvrent l’accès au quai.

L’heure n’a pas encore sonné pour le début de la grande opération de nettoyage. La Sécurité civile indique que certaines mesures de précaution et de sécurité devront être rigoureusement adoptées quand viendra le temps de procéder au grand nettoyage. Les risques de contamination (matières fécales, moisissure, risques d’infection à cause de bactéries) sont nombreux sans parler des dangers d’effondrement aux abords de la rive résultant de l’érosion causée par les forts courants d’eau.

Des séances d’information pour obtenir de l’aide financière et/ou de l’aide après-sinistre seront annoncées sous peu.

(Par Céline Pilon. Journaliste)

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *