De gros enjeux en matière d’infrastructures

Le ministre a avoué qu’il devra poser des actions en ce qui a trait au pont de l’Île-aux-Tourtes.

Le ministre des Transports André Fortin était de passage dans la région lundi afin de s’entretenir avec les élus d’ici sur les enjeux en matière d’infrastructures.

C’est une belle opportunité de rencontrer les maires qui nous ont parlé de leurs préoccupations. Nous aurons entre autres des investissements significatifs à faire pour le pont de L’Île-aux-Tourtes qui est constamment en rénovations », a dit le ministre, député de Pontiac. « Je suis de l’Outaouais et je ne me souviens pas d’une fois ou je suis venu dans la région et que j’ai emprunté ce pont sans qu’il ne soit en rénovations », ajoute André Fortin qui a rencontré les maires Guy Pilon de Vaudreuil-Dorion, Robert Grimaudo de Saint-Lazare, ainsi que ses collègues les députées Lucie Charlebois de Soulanges et Marie-Claude Nichols de Vaudreuil.
« Quant à l’autoroute 20, nous avons parlé de ce qui pourrait être fait rapidement pour améliorer la situation à court terme et le maire Pilon a suggéré des choses que nous devrons regarder. Mais à plus long terme, c’est vrai que c’est un axe majeur de transport tant pour le camionnage que pour les gens qui voyagent de Montréal à Toronto ou dans la région », avoue le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

Une région qui change

Lucidement, le politicien a expliqué que la région change et que les choses devraient suivre en matière d’infrastructures.
« Ça fait partie des nombreux enjeux parce que la région a explosé démographiquement au fil des dernières années et, comme c’est le cas dans quelques régions de la province, il faut porter une attention particulière à cette situation. Ce n’est pas normal que les infrastructures restent les mêmes tandis que la population croît de façon si exponentielle », admet-il.
et l’hôpital
Il a été également question du futur hôpital de Vaudreuil-Soulanges dont l’emplacement a été dévoilé il y a de cela quelques années déjà et qui se trouve près de la frontière de Saint-Lazare et de Vaudreuil-Dorion. « Nous avons parlé avec les maires des avenues qui mènent à ce secteur et qui sont déjà congestionnées. Il y a des enjeux de sécurité. C’est un secteur qui est voué à devenir un axe de développement économique très important entre Vaudreuil et Soulanges. Mais c’est aussi important de voir qu’actuellement, c’est un endroit trop achalandé dont la sortie 2 de la 30 alors que les automobilistes attendent en file sur l’autoroute. Avec l’arrivée d’un hôpital, il y aura de nombreux travaux à faire, l’aqueduc, l’eau. Il va falloir se préparer en proposant une solution à l’enjeu de circulation qui s’arrime avec ce que la ville va faire », lance-t-il.

Lucie Charlebois engagée

La députée de Soulanges Lucie Charlebois s’est jointe à la conversation pour discuter en particulier du dossier de l’hôpital, qui avance.
« Il y a plusieurs ministères d’impliqués, mais c’est moi et Marie-Claude Nichols qui menons le dossier de manière très serrée. Je pilote un comité interministériel dont fait partie André (Fortin), le ministère des Affaires municipales, de l’Agricul-ture, de la Santé, nous devons coordonner nos activités, nos gestes, nos actions. Ça fait partie de l’élaboration du projet. Le plan clinique a été déposé est est en train d’être examiné, mais il doit déjà être revu. Il y a des travaux qui se font, des évaluations, parce qu’il y a une croissance exponentielle et le plan clinique sur lequel a travaillé le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest, le CISSSMO a peut-être besoin d’une vision plus actuelle parce que ça va vite dans notre région. C’est donc clair que tout ça doit être coordonné parce que quand tu arrives pour faire l’hôpital, tout doit être en place pour ne pas avoir à se demander si le terrain est dézoné, est-ce qu’il a été acquis, a-t-on pensé à l’eau potable, l’eau usée, est-ce que ça a été pensé pour accueillir une telle quantité de personnes. C’est tout ça qui est à voir et c’est sur quoi nous travaillons actuellement. Alors, aujourd’hui, le ministre des Transports a pris le constat de ce qu’il en est actuellement et il retourne riches de toutes les conversations, toutes les idées reçues aujourd’hui pour en parler avec ses équipes », a expliqué Lucie Charlebois qui avait eu l’occasion de participr aux discussions en compagnie de sa collègue de Vaudreuil Marie-Claude Nichols.

Un projet-pilote

Un confrère journaliste campivallensien a voulu interpeller le ministre au sujet du projet-pilote sur le boulevard Monseigneur-Langlois empêchant les camionneurs d’emprunter une autre voie que la droite.
Il est retourné penaud. « Nous ne sommes pas venus pour parler de ça aujourd’hui. Nous parlons de Vaudreuil-Soulanges. Le projet-pilote n’est pas complété », a d’abord dit Lucie Charlebois.
Le ministre Fortin a tempéré en disant vouloir mener le projet à terme afin d’obtenir des conclusions claires. « Actuellement, nous avons des échos à gauche et à droite, mais une fois que nous aurons les résultats complets, nous pourrons voir s’il y a d’autres manières de faire. Nous entendons les préoccupations, mais nous voulons nous assurer davantage de sécurité pour les usagers et d’un système plus simple pour tout le monde », a-t-il conclu. —

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informez-vous
Publicité
PUBLICITÉ