De chansons populaires à musique baroque

Le 30 avril prochain, le public de la salle Albert-Dumouchel vivra un moment unique avec le concert l’Orchestre symphonique de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent (OSVHSL) basé sur l’album André Gagnon baroque, qui avait reçu une nomination au dernier gala de l’ADISQ dans la catégorie Album classique/orchestre et grand ensemble.

André Gagnon ne sera pas sur scène. Il n’a pas non plus collaboré à l’album. En fait, son nom apparaît dans le titre du disque et du spectacle parce que c’est lui qui a transformé en musique baroque les 22 chansons célèbres que l’on retrouve sur cet opus, dont Le petit bonheur de Félix Leclerc, Frédéric de Claude Léveillée, Danse à Saint-Dilon de Gilles Vigneault et La Bastringue de La Bolduc. Les compositions ont été réalisées par André Gagnon en 1969 et 1972. Pourquoi les faire revivre en 2015, année à laquelle OSVHSL et son chef d’orchestre Daniel Constantineau ont sorti leur CD?

« D’une part, cela faisait 45 ans que ces plages n’avaient pas été réenregistrées selon des techniques modernes. D’autres parts, le projet c’était de le faire à l’aide d’instruments qu’on dit d’époque, afin de rejoindre les critères existant dans le monde radiophonique quant à la diffusion du genre de musique baroque. »

De longue haleine

Le travail n’a pas été facile. André Gagnon a joué ces pièces dans les années 1960, mais n’a jamais écrit les partitions de piano. Daniel Constantineau a pris en dictée les partitions de piano en écoutant les 33 tours originaux, ce qui lui a pris quelques mois. Que le disque soit sélectionné à l’ADISQ lui a donc fait très plaisir.

« C’est extraordinaire, c’est quelque chose d’extrêmement prestigieux et qui ne se voit pas souvent. Il y a plusieurs orchestres baroques jouant sur des instruments d’époque, surtout à Montréal. On est à peu près le seul groupe qui fait cela en région. C’est assez rare que les orchestres de région soient nommés à l’ADISQ. On est très content », explique Daniel Constantineau, ventant la qualité de son orchestre et des compositions d’André Gagnon, ce qui a attiré l’intérêt de la compagnie de disque ATMA Classique.

Découvertes amusantes

Le public sera un peu déstabilisé et cherchera à découvrir les chansons transformées. Le directeur de l’OSVHSL explique qu’on reconnaît l’air des pièces, mais que parfois c’est plus difficile parce que Gagnon a usé de procédés qui sont moins palpables et moins décelables par l’oreille. Par exemple, avec la chanson La bastringue devenue un morceau très lent. « C’est une forme de transmutation. C’est comme si de pièces populaires, Gagnon a fait un matériel baroque qui est extrêmement convaincant tout en reconnaissant les pièces par l’air. C’est une forme de transformation très technique et savante, mais qui opère de manière plutôt exceptionnelle pour transposer la musique pop en classique. »

À ce jour, l’OSVHSL n’a présenté ce concert que deux fois, cela était en 2015. Le spectacle à Valspec sera la troisième représentation et la seule prévue pour André Gagnon Baroque. C’est donc une chance unique d’apprécier les compositions en version concert, qui est accessible à un large public. Les mélomanes intéressés à comprendre les subtilités du style baroque ainsi que l’approche de Gagnon pourront assister à une conférence de Daniel Constantineau le 18 avril, à 19 h au MUSO, au coût de 5 $.

Billets et renseignements : 450 373-5794

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre