Crossfit, les blessures liées à l’insouciance

Contrairement à la croyance populaire, le crossfit n’est pas en train de voler la place des gymnases de musculation comme on les connaît, et ce, même si les centres réservés à ce sport sont de plus en plus nombreux. Ce sont deux choses distinctes, le crossfit est un sport tandis que la musculation est plutôt une préparation physique.

L’ancien gymnaste Greg Glassman et son ex-femme ont fondé le crossfit dans les années 70. PHOTOTHÈQUE

« Tu dois te perfectionner au gym pour faire du crossfit, mais tu ne dois pas faire du crossfit pour aller au gym », a lancé l’entraîneur-chef du centre Buzzfit à Vaudreuil-Dorion, Éric Marc-Aurele. D’après lui, l’unique hic qui fait que certains vont dénigrer le crossfit, c’est que les gens interprètent mal le sport.

« Les entraîneurs de crossfit, sans vouloir les offenser, ne sont pas là pour leur apprendre les techniques. Ils négligent les connaissances du client, c’est constamment un effort à 110% », raconte Éric Marc-Aurele.

L’entraîneur et propriétaire de CrossFit De La Cité, Yves Prevost, ajoute sa nuance : « C’est comme si tu lances quelqu’un qui ne sait pas nager au milieu du Fleuve Saint-Laurent, c’est dangereux. Les gens qui se blessent en pratiquant cette méthode de musculation, ce sont ceux qui ne sont pas encadrés ». Pour s’entraîner au centre d’Yves Prevost, il faut d’abord passer un programme d’introduction au Crossfit d’une durée d’un mois pour être certain de faire les bons mouvements.

En conséquence des lourdes charges qui sont soulevées, du moment que l’athlète (pas toujours athlète) a une petite blessure, elle peut s’aggraver. « Le risque de blessure est exponentiel en pratiquant le crossfit », a mentionné l’entraîneur du Buzzfit. Pour l’entraîneur de crossfit, ce ne sont pas les charges qui sont à blâmer, mais l’insouciance des athlètes. « Tu ne peux pas prendre un entraînement sur internet, mettre 100 livres sur une barre et lever ça autant de fois que tu le veux », reproche Yves Prevost, mentionnant que même si les mouvements en crossfit sont des mouvements fonctionnels, soient du quotidien, ça ne veut pas dire qu’ils sont bien effectués.

Même si les gymnases se videront lors des deux prochains mois avec le beau temps et l’ouverture des terrasses, Éric Marc-Aurele ne s’inquiète pas pour le Buzzfit : « Les gymnases vont mieux que jamais, les centres de crossfit nous font une sorte de publicité », a-t-il avoué. Yves Prevost ne craint pas plus l’été : « Ceux qui viennent chez nous, ce sont des personnes qui ont adopté ce sport, ils ont besoin de leur petite dose d’adrénaline quotidienne ».

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre