Cri du coeur des infirmières de Vaudreuil-Soulanges

À travers ses réformes du système de santé, le ministre Barrette esquisse une vision axée sur la performance. Or, sur le terrain, l’impact de ces mesures se fait sentir. Des infirmières en Groupes de médecine familiale de Vaudreuil-Soulanges s’unissent et lancent un cri du cœur.

Karine Grégoire, (GMF de Pincourt), Lise Sanson (GMF de Pincourt) et Nathalie Charrette (GMF de Rigaud). Devant : Lise Leroux (GMF de Rigaud).
Karine Grégoire, (GMF de Pincourt), Lise Sanson (GMF de Pincourt) et Nathalie Charrette (GMF de Rigaud). Devant : Lise Leroux (GMF de Rigaud).

Depuis quelques mois, le gouvernement Couillard sévit contre les Groupes de médecines familiales (GMF) qui ne respectent pas les nouveaux critères de performance, établis par le ministre Barrette.

Désormais, l’octroi de subvention, servant entre autres à l’embauche d’infirmières, dépend seulement du nombre de patients inscrits, sans considération pour les clientèles particulières ou ponctuelles.

Ainsi, depuis l’automne, plus d’une vingtaine de GMF, à l’échelle du Québec, ont subi des coupures budgétaires. Rien pour faciliter l’accès aux soins de santé.

« Le projet de loi 20 ajoute à cela que le médecin devra atteindre un certain nombre de patients sous menace de pénalités. Il s’agit donc implicitement de prioriser le suivi en tant que “statistiques mathématiques” plutôt que d’accorder à chacun des patients les soins selon son importance clinique », ont écrit dans une lettre percutante au docteur Barrette les médecins montréalais Pierre Côté et Denis Poirier.

Cette réalité, décriée par plusieurs acteurs du domaine de la santé, frappera de plein fouet la région de Vaudreuil-Soulanges dans les semaines et les mois à venir. « Il faut lancer le cri d’alarme. Il faut que la population le sache », indique Lise Leroux, infirmière clinicienne au GMF de Rigaud.

 

Rôles principaux d’une infirmière en GMF

• Suivi conjoint avec le médecin (dépistage, évaluation, initiation de mesures diagnostiques, éducation aux patients, suivis des thérapies médicamenteuses, suivis téléphoniques, etc.)
• Activités de prévention (vaccination, frottis cervical, etc.)
• Liaisons avec les autres ressources médicales (médecine spécialisée, hôpitaux)
• Triage au sans rendez-vous
• Suivi de rapport d’examen

 

Coupures régionales

Sur le territoire de Vaudreuil-Soulanges, les impératifs de performance du ministre Barrette laisseront également leur marque. Les cinq GMF du territoire ont subi d’importantes coupures financières, forçant la suppression de plusieurs postes d’infirmières.

« Nous avons appris tout cela au début du mois de février. Nous sentions qu’il se brassait quelque chose, mais jamais de cette ampleur. C’est tout simplement catastrophique », laisse entendre Lise Sanson, infirmière clinicienne au GMF de Pincourt.

Ensemble, les quatre infirmières ont pris l’initiative de faire connaître à la population de Vaudreuil-Soulanges les répercussions des coupures locales. « On prévoit un surcroît de travail pour nous, et pour les médecins. L’accessibilité aux soins sera compromise », lancent-elles.

 

Répercussions sur les personnes âgées

Pour les infirmières, les coupures de services imposées toucheront spécialement un segment important de la population de Vaudreuil-Soulanges : les personnes âgées. Et tout particulièrement les aînés isolés.

En effet, les patients âgés profitaient grandement des suivis assurés par les infirmières des GMF. Ces personnes se retrouvent aujourd’hui sans issues.

« Les suivis téléphoniques, les prises de rendez-vous et les liens avec les autres ressources que nous assurions pour eux étaient essentiels. Maintenant, ces personnes n’auront d’autres choix que d’engorger les cliniques sans rendez-vous, ou l’urgence de l’Hôpital du Suroît », indique Nathalie Charrette, du GMF de Rigaud.

Pour sa part, Lise Sanson rappelle qu’il n’est pas si facile pour une personne âgée isolée de prendre en main ses démarches médicales. « Soyons réalistes. Les personnes âgées trouvent difficile de joindre le 811, ou de s’inscrire à la clinique via la ligne Bonjour-Santé. Elles ne peuvent pas toujours se rendre au CLSC non plus. Avant, nous pouvions les prendre en main, mais plus maintenant », dit-elle.

 

Les patients orphelins

Stressed female doctorLes personnes qui n’ont toujours pas de médecins de famille deviennent également vulnérable dans ce nouveau contexte.

Dans la foulée de sa réforme, le ministre Barrette impose une clause de fidélité aux médecins. Ainsi, ces derniers doivent impérativement rencontrer leurs patients dans leurs installations. « Cela rendra encore plus difficile l’accès à des médecins de famille pour ceux et celles qui n’en ont pas. Les médecins réfléchissent à un plan d’action. Comment vont-ils orienter leur sans rendez-vous? », se demande Lise Sanson.

 

Réflexions

Pour les infirmières, le décalage qui semble exister entre la vision du ministre Barrette et la réalité sur le terrain s’explique mal. « Le ministre Barrette veut punir les médecins qui ne répondent pas à des cibles de performance. Mais un patient, ce n’est pas une machine. Une personne vulnérable qui multiplie les problèmes de santé, on ne peut pas la voir de manière expéditive. Surtout quand on parle de santé mentale. Il y a trop d’impondérables et de variables pour exiger un nombre X de patients », laisse entendre Lise Sanson.

Ensemble, elles ne cachent pas leur impression que le cadre imposé par le gouvernement Couillard ouvre la porte à une privatisation plus importante du réseau de la santé.

Inquiètes du sort des citoyens de Vaudreuil-Soulanges, les infirmières ont fait leur devoir en lançant ce signal d’alarme. Elles ont également voulu s’entretenir avec la députée Lucie Charlebois à ce sujet. Cette dernière leur a dit être au courant de la situation, mais qu’à l’heure actuelle, elle n’avait pas besoin de les rencontrer.

 

Coupures d’infirmières dans les GMF de Vaudreuil-Soulanges

Médicentre Pincourt – Abolition d’un poste à temps plein, et d’un à temps partiel. Il reste une infirmière à temps plein.
Clinique des Trois-Lacs, Vaudreuil-Dorion – Abolition d’un poste à temps plein. Il reste une infirmière à temps plein et une à temps partiel.
Centre de santé de Rigaud – Abolition d’un poste à temps plein, et d’un à temps partiel. Il reste une infirmière à temps plein.
Polyclinique médicale Vaudreuil-Dorion – Abolition d’un poste à temps partiel. Il reste deux infirmières à temps plein.
GMF Vaudreuil-Soulanges (Saint-Polycarpe) – Abolition d’un poste à temps partiel. Il reste une infirmière à temps plein.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *