Conduite sur glace dans l’Anse : Réplique de Claude Bourbonnais

À la suite de la sortie d’un citoyen de Vaudreuil-Dorion qui soulevait les nuisances liées à l’École de conduite Claude Bourbonnais sur le lac dans le secteur du chemin de l’Anse, le propriétaire de l’entreprise et pilote Claude Bourbonnais souhaite partager sa vision de l’histoire.

« Il y a énormément de mensonges dans ce que le citoyen en question avance. Il fait tout pour bâtir une image négative de mon activité. Il s’est donné la mission de me faire partir de devant chez lui, et fait tout en ce sens. Il modifie la réalité à son intérêt. Toute cette énergie négative n’est pas nécessaire », expose d’emblée Claude Bourbonnais.

La voiture sur les images tournées par le citoyen plaintif n’est pas une voiture modifiée, aux dires de Claude Bourbonnais. Il s’agit de sa Myata personnelle, qu’il utilise ponctuellement.

Selon lui, le citoyen plaintif avance des informations erronées. « D’abord, la dimension réelle du circuit est de 600 mètres par 150 mètres. Et je le répète, il n’y a jamais eu de voitures sans échappement sur le lac. Ce n’est pas une piste de course, c’est un circuit de pilotage où sont offerts des cours de pilotage de contrôle sur glace », dit-il.

Le propriétaire de l’école de conduite souhaite aussi apporter une précision quant aux images issues du site web, qui illustrent des déplacements et dérapages à haute vitesse. « Ces images sont des images génériques. Ce n’est pas chez nous. De plus, si un client souhaite profiter du fameux forfait Frisson, j’offre ce service sur la baie de Vaudreuil, près du Château Vaudreuil. Je peux prouver cela grâce à un document; une entente signée entre le Château Vaudreuil et moi », dit-il. VIVA média a effectivement vu ce document.

Claude Bourbonnais se dit déçu que cette histoire prenne une telle envergure. « Je n’ai jamais eu de plaintes, jamais. De personne. Ni même du citoyen en question. Je souhaite insister sur le fait qu’il n’est jamais venu me parler en personne. Mon activité professionnelle ne me bénéficie pas juste à moi, mais donne de la confiance à toutes les personnes qui viennent suivre mon cours. C’est instructif ce que je fais », ajoute-t-il.

« C’est une tempête dans un verre d’eau. Toute cette histoire est justifiée par une rancune personnelle, et ça prend des dimensions insensées », conclut Claude Bourbonnais.

Claude Bourbonnais insiste sur le fait que les voitures qui circulent dans l’Anse sont les véhicules personnels des clients, qui roulent entre 50 et 70km/h durant les 4 exercices de contrôle.

 

 

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *