Comité pour la 30 : la MRC réagit

Robert Sauvé (au centre) est d’avis que le temps des discussions est révolu et qu’il est désormais temps d’agir pour le développement du corridor de l’autoroute 30.
Robert Sauvé (au centre) est d’avis que le temps des discussions est révolu et qu’il est désormais temps d’agir pour le développement du corridor de l’autoroute 30.

Développement économique

Le gouvernement du Québec a annoncé la semaine dernière la mise sur pied d’un comité interministériel pour le développement économique du corridor de l’autoroute 30. À la suite de cette annonce, les responsables de la MRC de Vaudreuil-Soulanges pressent les autorités gouvernementales d’agir.

La MRC de Vaudreuil-Soulanges tient à saluer l’initiative du gouvernement du Québec, mais ses responsables disent s’attendre à un engagement logistique clair. Ils soulignent que le corridor de l’autoroute 30 positionnera favorablement la grande région métropolitaine sur le plan logistique, à condition qu’elle soit accompagnée d’un pôle logistique dans Vaudreuil-Soulanges.

« Cette stratégie de développement concertée du gouvernement du Québec doit être accompagnée de la mise en place d’un pôle logistique que nous voulons établir dans Vaudreuil-Soulanges. Le corridor commercial passe avant tout par les chemins de fer et les autoroutes 20 et 40 situés sur le territoire de Vaudreuil-Soulanges », a souligné Robert Sauvé, préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges et maire de la ville de Coteau-du-Lac.

Rappelons que depuis quelques années, la région de Cornwall, en Ontario, est très active sur le plan du développement logistique et, selon la MRC, soutire ainsi des opportunités québécoises. Toujours selon l’organisme supramunicipal, un pôle logistique dans Vaudreuil-Soulanges permettra de consolider sa position géographique privilégiée et entraînera des retombées économiques positives, non seulement pour la grande région métropolitaine, mais aussi pour l’ensemble du Québec.

« Depuis longtemps, nous connaissons le potentiel logistique de Vaudreuil-Soulanges. C’est notre position géographique qui en fait un endroit privilégié en Amérique du Nord pour l’implantation d’un tel pôle », a ajouté Robert Sauvé.

Question d’échéance

Un peu comme Julien Turcotte, directeur général du CLD de Vaudreuil-Soulanges, le préfet Robert Sauvé s’inquiète du temps qu’il faudra avant que le comité ait un impact véritable sur le développement économique du corridor de l’autoroute 30.

« Il y a quelques mois, la ministre Élaine Zakaib nous annonçait la création de la Banque de développement économique du Québec et nous étions contents de voir que le gouvernement avait une vision sur le plan économique, argue Robert Sauvé. La semaine dernière, nous avons appris la mise sur pied du comité qui, vraisemblablement, commencera ses travaux au printemps 2014, mais le temps commence à manquer. Je rappelle que nous sommes en compétition directe avec Cornwall et pour eux, tout va bon train. »

Le politicien coteaulacois y va d’un plaidoyer : « Nous devenons impatients. Nous devons agir et nous attendons des nouvelles. »

Pour l’heure, le préfet à la MRC de Vaudreuil-Soulanges affirme qu’aucun membre de l’organisation qu’il représente n’a été contacté pour prendre part aux travaux du comité.

Rappelons qu’en raison de sa position géographique et la présence d’infrastructures de transport, 78 % du commerce avec l’ouest du Canada et des États-Unis traverse Vaudreuil-Soulanges.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *