Chez Maurice : Une soirée digne des finissants de l’École nationale de l’humour

Le numéro de Mathieu Dufour en est un qu’il a écrit à sa première année à l’ÉNH, un gag pratiqué « plus de 2 000 fois au moins ».

Les finissants de l’École nationale de l’humour (ÉNH) s’étaient arrêtés au resto-bar Chez Maurice pour une supplémentaire des Drôles de Jeudi passé. Les humoristes de la relève auront mis le sourire aux lèvres d’une centaine d’amateurs.

C’était seulement la 4e prestation de leur tournée et déjà, les 14 finissants se sentent comme de vrais humoristes. « On part pour une longue, mais merveilleuse tournée, se réjouit Mathieu Dufour. On va vivre la vraie vie d’humoriste.» En tout, 37 spectacles, presque partout au Québec, passant par Montréal, Québec, allant jusqu’à la Côte-Nord, sont prévus.

Pierre-Yves Roy-Desmarais et Antoine Durocher, deux finissants, ont délaissé leur numéro pour s’occuper d’animer la soirée. Dominique de Maupeou a pour sa part ouvert le bal avec une prestation qui a permis d’étaler les cartes pour la soirée. « Vous allez devoir rire à mes blagues, comme ça, les autres (finissants) vont pouvoir déstresser un peu », a-t-il raconté à la blague, d’entrée de jeu. Les fous rires se seront estompés lorsque Brian Piton a clôturé la soirée avec un numéro qui aura marqué les convives.

Toujours le même numéro, mais différent

« Chaque show est différent, même si c’est toujours le même numéro, tu dois le livrer comme si c’était ta première fois », a avoué Dhanaé, expliquant que ça dépend de la salle et du public. Son collègue, Mathieu Dufour, qui présente un numéro écrit à sa première année, mais qu’il perfectionne de jour en jour, abonde en ce sens : « C’est la phrase clichée des humoristes, mais pour le public, c’est la première fois qu’il le voit ton numéro ».

Le resto-bar Chez Maurice n’aura pas laissé les finissants indifférents.  Qualifié d’un «doux mélange » entre un bar où les humoristes performent entre deux tables et une salle plus « officielle » comme la Salle Albert-Dumouchel à Valleyfield. «On a notre stage, les amateurs d’humour sont devant nous assis autour d’une table à boire leur bière. Il y a des jeunes, des plus vieux, donc pas mal toutes nos punch lines font rire», a confié Dhanaé Audet Beaulieu, remerciant l’accueil du public.

La tournée et l’apprentissage

La tournée prendra fin à la mi-juillet, coïncidant avec le début du Zoofest, un festival qui met justement en vedette des humoristes ainsi que des musiciens. D’ici juin, les finissants continuent d’apprendre les rouages du métier en jonglant entre leurs cours à l’ÉNH et leur tournée. «Après quatre shows, on a déjà appris beaucoup. Apprendre, comme on n’a jamais eu de fun, ça décrit notre situation», a élaboré Dhanaé Audet Beaulieu.

Les humoristes de la relève ne font pas que se perfectionner, ils se cherchent aussi. D’après Mathieu Dufour, rares sont ceux qui ont trouvé leur style d’humour. «Certains vont trouver leur voie pendant la tournée, pour d’autres ça va venir longtemps après avoir quitté l’école.»

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *