Cellulaire au volant : De nouvelles mesures coercitives

Le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, serre la vis pour les conducteurs fautifs.

Depuis le 23 avril, les conducteurs pris en flagrant délit, cellulaire à la main, pour téléphoner, texter ou naviguer sur leur téléphone, se verront sanctionner plus sévèrement.

Désormais, quatre points d’inaptitudes seront retirés du permis. Pour l’instant, l’amende demeure sensiblement la même, oscillant entre 80 et 100 $. Elle pourrait cependant augmenter de manière substantielle lors de la prochaine réforme du Code de la sécurité routière.

Pour le ministre, ces mesures sont nécessaires. Malgré les campagnes de sensibilisation nationale, les statistiques d’infractions augmentent chaque année.

« L’utilisation d’un cellulaire au volant d’un véhicule représente une importante source de distraction. Ce comportement dangereux constitue d’ailleurs l’une des principales préoccupations des Québécois et des Québécoises quant à leur sécurité sur les routes. C’est pourquoi la sanction sera renforcée. C’est un appel à la prudence pour tous les usagers du réseau routier », a affirmé Robert Poëti.

Depuis le 1er juillet 2008, 340 567 infractions en lien avec le cellulaire au volant ont été inscrites dans les fichiers de la Société de l’assurance automobile.

Les jeunes conducteurs dans la mire

Cette nouvelle règlementation vise tout particulièrement les nouveaux conducteurs, qui ne possèdent que quatre points d’inaptitude à leur dossier.

Pour eux, une infraction signifie la suspension du permis de conduire pour une période de trois mois.

Un sondage réalisé à l’automne 2014 pour le compte de la SAAQ révèle que :

99 % des Québécois considèrent qu’écrire ou lire un message texte en conduisant est assez ou très dangereux;

56 % des conducteurs usagers d’un téléphone cellulaire avouent qu’il leur arrive de parler au téléphone cellulaire en conduisant;

25 % des conducteurs usagers d’un téléphone cellulaire avouent qu’il leur arrive de texter au volant.

 

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ