Bernard Drainville défend les valeurs québécoises

Le ministre rencontre les Vaudreuil-Soulangeois

 Dimanche, le ministre Bernard Drainville, avec nombre d’arguments, s’est dit plus déterminé que jamais à faire adopter le projet de loi 60.  © Marie-Maxime Cousineau
Dimanche, le ministre Bernard Drainville, avec nombre d’arguments, s’est dit plus déterminé que jamais à faire adopter le projet de loi 60.
© Marie-Maxime Cousineau

La Charte des valeurs québécoises alimente bien des discussions et est certes le sujet de l’heure. À cet effet, son auteur, le ministre Bernard Drainville, était de passage dans Vaudreuil-Soulanges dimanche pour discuter du projet de loi 60 avec les militants des associations péquistes.

Ainsi, une soixantaine de Vaudreuil-Soulangeois se sont rassemblés au centre communautaire de Saint-Zotique, où le ministre responsable des institutions démocratiques et de la participation citoyenne, président du Comité ministériel de l’identité et auteur du projet de loi 60, Bernard Drainville, était attendu. Le ministre a discuté des orientations du projet de loi avec les citoyens de la région, parmi lesquels on comptait le député de Beauharnois, Guy Leclair, l’ancienne députée péquiste Louise Cuerrier-Sauvé et le maire de Saint-Zotique, Yvon Chiasson.

D’entrée de jeu, le ministre Drainville a rappelé à son auditoire l’état de la province dont a hérité le Parti québécois en 2012. Selon ses dires, le Québec, alors en pleine crise étudiante, n’était pas un Québec intègre, citant la corruption en exemple, et avait une situation budgétaire discutable. « Les libéraux ont toujours dépensé davantage que prévu. Oui, ils ont connu de belles années lorsque l’économie était florissante, a-t-il concédé, mais ils ont tout dépensé. »

Il soutient que, depuis son arrivée au pouvoir, le Parti québécois a assaini la situation de la province. À son avis, la perception populaire est que le gouvernement actuel en est un honnête.

Cependant, le ministre estime que le Québec fera face sous peu à un moment charnière, le Parti libéral du Québec et la Coalition Avenir Québec s’opposant à toute proposition du gouvernement au pouvoir. « Les Québécois auront deux options. Voter pour le Parti libéral du Québec ou pour la CAQ, c’est un retour en arrière. L’autre option est de voter pour le Parti québécois, qui, lui, veut continuer à progresser et à créer des emplois », a-t-il déclaré.

Un enjeu de taille

Le ministre Drainville estime donc que la Charte des valeurs québécoises entre en jeu à ce moment précis puisqu’elle sera l’un des enjeux principaux aux prochaines élections.

Rappelons que cette charte veut défendre les valeurs des Québécois, à savoir l’égalité des hommes et des femmes, la neutralité religieuse de l’État et la protection du patrimoine historique. Le point qui soulève le plus les débats est assurément l’interdiction du port de symboles religieux par les fonctionnaires de l’État. Le ministre a cependant tenu à rappeler que l’interdiction s’appliquait aux heures de travail uniquement et qu’elle s’inscrivait au même titre que la neutralité politique.

De plus, la Charte des valeurs québécoises, si elle est adoptée, établirait des règles claires en matière d’accommodements raisonnables. « Certains accommodements ont fait reculer l’égalité homme-femme; ça nous fait reculer en tant que société et c’est inacceptable. Le Québec accueille des gens de tous les coins du monde, et c’est une très grande richesse, j’insiste là-dessus. Mais pour construire ensemble une société qui est de plus en plus forte, il faut s’entendre sur des règles et des valeurs communes », a confié le ministre aux Hebdos du Suroît.

Bien qu’elle représente un débat très émotif, Bernard Drainville demeure convaincu qu’une fois adoptée, la charte deviendra source de cohésion, d’harmonie et de paix sociale. « Si les citoyens sont capables de bien fonctionner ensemble et au-delà de leurs différences, ils pourront faire les choix qu’ils voudront démocratiquement », a-t-il précisé.

Un projet propre au PQ

Par ailleurs, le ministre soutient qu’une telle charte aurait dû être introduite beaucoup plus tôt, alors même que le PLQ était au pouvoir. Malgré tout, il demeure persuadé que seul son parti peut adopter un tel projet de loi. « Le Parti libéral refuse de voter une loi qui sera contestée, déplore le ministre, mais on ne peut pas commencer à s’empêcher de proposer des lois pour cette raison. À ce rythme-là, on va fermer les parlements. »

Quant à la CAQ et à Québec solidaire, le ministre prétend que ces partis n’ont pas une opinion tranchée sur le sujet et qu’ils penchent plutôt pour des demi-mesures. Selon lui, son parti est le seul qui protège et défend assidûment les valeurs québécoises.

Le ministre Drainville s’est également réjouit que, depuis la proposition du projet de loi 60, l’appui de la population québécoise s’est non seulement maintenue, mais également accrue. Il a rappelé à son auditoire que les Québécois seront invités à trancher lors des prochaines élections afin d’aider son parti à devenir majoritaire.

Le vent dans les voiles

Lors des élections provinciales de 2007, le Parti québécois a terminé troisième au classement. En 2008, il s’est hissé en deuxième position, devenant l’opposition officielle du PLQ. Enfin, en 2012, le parti a raflé le plus de votes, prenant la tête d’un gouvernement minoritaire.

La prochaine fois que les citoyens seront appelés aux urnes, le Parti québécois est plus déterminé que jamais à obtenir une majorité. « Pour ce faire, nous aurons besoin de Soulanges, a indiqué le politicien. Actuellement, on fait face à un mur au Parlement et nous ne pourrons pas le contourner; le PLQ est très intransigeant. »

Enfin, le ministre a conclu son discours en abordant la question du statut politique du Québec. En effet, la première ministre Pauline Marois a fait savoir mercredi dernier qu’elle entendait sonder l’opinion des Québécois sur cette question si elle est réélue. Rappelons que cette question n’a pas été soulevée depuis 1995.

Bernard Drainville a insisté sur le fait que le gouvernement s’en tiendrait à la vox populi.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *