Bande dessinée: Les souvenirs en noir et blanc de Mélanie Leclerc

Photo: Alexis Leclerc

Mélanie Leclerc lancera sa première bande dessinée, intitulée Contacts, le 26 février à la bibliothèque de Saint-Lazare. Une histoire de famille illustrée en noir et blanc, parce que c’est si beau le noir et blanc, c’est photographique, c’est poétique.

Le projet est né, il y a environ sept ans. Mélanie Leclerc, fille de Martin Leclerc et petite-fille de Félix Leclerc, s’est lancée dans la concrétisation du rêve de son père : un livre racontant ses voyages, sa passion, la photographie, sa vie, son art. Le résultat est loin du rêve paternel, mais collé sur les talents de Mélanie : le dessin et les mots.

Mélanie Leclerc est une artiste, une passionnée des livres, une amoureuse de l’image. En effet, celle qui travaille à la bibliothèque de Pincourt et donne des ateliers artistiques aux enfants, a étudié en littérature et en cinéma. Son attrait pour le documentaire aurait bien pu la mener sur les traces de son père, qui a connu une carrière prolifique de caméraman à l’Office national du film (ONF). Mais, son désir d’avoir des enfants et de rester près d’eux était plus fort.

« J’ai toujours voulu raconter des histoires. J’ai beaucoup dessiné quand j’étais jeune. Après j’ai beaucoup écrit. Après ç’a été la photo. Puis, un peu le cinéma. Surtout le documentaire. J’aime les histoires vraies », explique Mélanie Leclerc à propos de son parcours.

Documentaire en noir et blanc

On pourrait croire que Contacts est un hommage à son père. Dans les faits, c’est davantage un documentaire. Une petite partie de l’histoire d’un homme, un artiste de l’image, immortalisée en une soixantaine de planches. Une aventure illustrée frôlant des faits spectaculaires comme être le fils de Félix ou avoir travaillé avec le grand Pierre Perrault, mais mettant tout le focus sur le sujet principal : la photographie. Cette passion, se transmettant de père en fille. Ce langage, ce mode de vie.

« Je voulais que ce soit un portrait en noir et blanc, pas trop retouché à Photoshop. Un beau portrait en lumière naturelle où l’on voit la personne. J’essaye d’être le plus lucide possible. Il y a des choses qui m’inspirent dans ce qu’il est, dont sa vision de la photo et le fait qu’il en a fait un langage. Dans le passage de la BD où il est en difficulté parce que l’ONF le remercie, il est privé de parole, il se cherche et c’est par la photo qu’il reprend souffle », souligne celle qui a voulu écrire une histoire dans laquelle bien du monde pouvait se retrouver.

Sur la route des souvenirs

Contacts est une première oeuvre littéraire pour Mélanie Leclerc. Le travail a été ardu. Les souvenirs, les voyages et les anecdotes étaient nombreux. Elle s’est perdue quelques fois sur la route. Par deux fois, elle a jeté une centaine de planches, représentant deux ans de travail. C’était trop décousu et il n’y avait pas de fil conducteur.

Mélanie Leclerc n’a pas baissé les bras. Elle s’est inscrite au programme de parrainage de l’Union des écrivains du Québec, ce qui lui a donné la chance de travailler la structure du récit avec Michel Rabagliati, à l’hiver 2014. Puis elle s’est inscrite à des ateliers de bande dessinée avec Jimmy Beaulieu, à l’hiver 2015. Elle a gagné en confiance. Elle est retournée à sa planche à dessin, a sorti son encre et son aquarelle et s’est replongée dans son œuvre pour accoucher d’une bande dessinée structurée, dont les dessins sont magnifiques et l’histoire est vraie et touchante.

Le résultat final n’est pas le livre photo dont Martin Leclerc rêvait, mais il suscite beaucoup de bonheur et de fierté chez le principal intéressé. Le lancement sera un moment stressant pour Mélanie Leclerc, car elle n’a pas seulement hérité de l’amour de la photo, elle est aussi timide que son père. Sa famille sera présente, dont Martin Leclerc, que l’on trouvera certainement caché derrière son Leica pour immortaliser le moment.

« Je suis contente d’avoir trouvé le filon de la photo et j’espère que je l’ai bien passé. Je suis contente de ne pas avoir lâché », conclut avec émotion Mélanie Leclerc.

Le public est invité à assister au lancement le 26 février, de 13 h à 15 h, à la bibliothèque de Saint-Lazare, située au 275, rue Du Bois. On pourra se procurer des exemplaires de Contacts sur place ou, par la suite, à la librairie des Éditions Vaudreuil.

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre