Agrile du frêne : Vaudreuil-Dorion prend les grands moyens

Vaudreuil-Dorion agit pour contrecarrer la progression de l’agrile du frêne.
Vaudreuil-Dorion agit pour contrecarrer la progression de l’agrile du frêne.

Municipalité – À la suite de la découverte d’un premier cas d’agrile du frêne, la Ville de Vaudreuil-Dorion prend des mesures pour limiter la propagation de l’insecte en s’attaquant au premier foyer d’infestation : le secteur des Grands compositeurs. Plus du tiers des 330 frênes de ce quartier montrent des signes de présence de l’agrile du frêne.

Le périmètre d’intervention établi comprend les rues Bach, Beethoven, Lully, Chopin, Bellini, Bizet, Mozart, Ravel, Schubert, Verdi, Vivaldi et une partie des rues de Tonnancour et Marier. Les frênes présentant des signes d’infestation ont été abattus, alors que ceux qui ne semblent pas touchés par l’agrile seront coupés à l’automne. Exceptionnellement, le Service des travaux publics procédera à l’abattage et au remplacement de ces frênes. « Compte tenu de la présence de cet insecte, la Ville a choisi d’intervenir rapidement et de manière exceptionnelle, dans le quartier identifié comme le foyer d’infestation. L’objectif est de freiner la progression de l’agrile », a déclaré le maire Guy Pilon.

Puisque la réglementation ne permet l’abattage des frênes qu’entre le 1er octob

re et le 15 mars, la Ville s’assurera de respecter les directives de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (l’organisme responsable du dossier de l’agrile du frêne). L’ensemble des arbres coupés cette semaine seront déchiquetés sur place afin de limiter la propagation de l’insecte.

La Ville a élaboré un plan d’action qui sera rendu public dans les prochaines semaines, comprenant entre autres un inventaire des frênes privés et publics sur le territoire. Rappelons que plusieurs villes sont aux prises avec cette problématique, l’agrile du frêne ayant été découvert pour la première fois au Québec en 2008 à Carignan, sur la Rive-Sud de Montréal.

Les citoyens sont fortement encouragés à faire l’inventaire de leurs frênes à la maison. Deux options sont à envisager : traiter de façon préventive un arbre sain à l’aide d’un biopesticide, le TreeAzin, ou abattre un arbre présentant des signes d’infestation ou un dépérissement et le remplacer. Un permis est alors requis et des règles strictes s’appliquent à la gestion du bois de frêne. Dans les deux cas, la Ville offre des programmes de subvention pour le traitement et le remplacement d’un arbre.

La section Environnement du site Web de la Ville contient de l’information sur l’agrile, l’identification d’un frêne, le traitement préventif, les subventions, etc. La patrouille verte sera sur la route tout l’été pour aider les citoyens à identifier leurs frênes et à détecter l’agrile. Il est également possible de contacter la Ligne Verte pour obtenir des conseils ou plus d’information à ce sujet au 450 455-3371, option 1.

Bien que l’impact sur le couvert forestier de la Ville pourrait être considérable dans les prochaines années, il est possible, selon la Ville, de freiner l’agrile et de planter assez d’arbres pour compenser une bonne partie de la perte anticipée. Elle invite les citoyens à participer à l’effort en plantant eux-mêmes des arbres.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux être le premier
à lire la nouvelle?

 

Je veux recevoir mes nouvelles à

RESTEZ INFORMÉ! Suivez VIVA média sur les réseaux sociaux.

Merci de nous suivre