Agrandi et rénové

Le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, ici entouré d’intervenants judiciaires, s’est dit très heureux de faire passer le palais du 20e au 21e siècle. (Photo Myriam Delisle)
Le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, ici entouré d’intervenants judiciaires, s’est dit très heureux de faire passer le palais du 20e au 21e siècle. (Photo Myriam Delisle)

Inauguration du palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield

Dans un souci de mieux répondre aux besoins des citoyens, le palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield a subi une cure de rajeunissement. Le ministre de la Justice et procureur général du Québec, Bertrand St-Arnaud, a procédé à son inauguration lundi.

La cérémonie s’est déroulée en présence du juge en chef de la Cour supérieure, l’honorable François Rolland, de la juge en chef de la Cour du Québec, l’honorable Elizabeth Corte, des intervenants judiciaires ainsi que des représentants de la Société immobilière du Québec, maîtres d’œuvre des travaux.

« La population dispose maintenant d’un bâtiment doté de salles plus spacieuses et à la fine pointe de la technologie. Les nouveaux aménagements assurent aussi une circulation plus sécuritaire et offrent des locaux mieux adaptés aux besoins des victimes, des intervenants judiciaires et du personnel. Ils ont été réalisés à l’intérieur de l’échéancier prévu au début des travaux et du budget autorisé de 59,2 millions de dollars », a déclaré le ministre.

Une nécessité

« C’était un événement attendu », a ajouté le ministre. Selon quelques documents, le besoin était présent depuis quelques décennies. « Enfin, mission accomplie », s’est-il exclamé.

Monsieur St-Arnaud a également salué le travail d’Yvon Marcoux, son prédécesseur, aujourd’hui député de Vaudreuil, qui a joué un rôle majeur dans l’obtention de financement pour le nouveau palais.

Pour sa part, l’honorable François Rolland a rappelé les nombreux problèmes d’inondation récurrents. « Il faisait beau soleil, et il pleuvait dans le palais de justice », a-t-il précisé. Les travaux étaient donc plus que nécessaires.

Place à la modernisation

Construit en 1901, puis rénové en 1975, le palais de justice ne répondait plus aux besoins grandissants de ses occupants. Amorcé en 2008, le projet de rénovation et d’agrandissement a permis notamment l’ajout de trois salles d’audience, portant leur nombre à dix. De plus, l’établissement compte désormais deux salles de médiation, pouvant également servir de salles d’audience au besoin. Ces nouveaux aménagements permettent non seulement de mieux répondre aux besoins des victimes, mais aussi de faciliter le télétémoignage des enfants. Enfin, ils offrent plusieurs espaces de rencontre pour la communauté juridique.

La superficie du palais de justice a doublé, passant de 6 000 à 12 000 mètres carrés. Les travaux de rénovation de la partie existante ont été effectués dans un souci de préserver l’aspect patrimonial de l’édifice d’origine, mais aussi pour répondre à des normes élevées en matière de développement durable et d’efficacité énergétique.

« Le palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield est maintenant l’un des plus modernes au Québec, et il devient le deuxième en importance en Montérégie, après celui de Longueuil. Il est une source d’inspiration pour les futurs travaux de modernisation de nos installations juridiques, au cœur des actions du gouvernement du Québec pour une justice toujours plus accessible et efficace, une justice pour tous », a conclu le ministre de la Justice.

À propos de l'auteur

Myriam Delisle

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *