30e anniversaire du Centre de Femmes La Moisson

Patrizia Marrazzo, adjointe administrative, Colette Fournier, intervenante, Josée Otis, intervenante, Isabelle Poirier, coordonnatrice et Diane Lalande, intervenante.
Patrizia Marrazzo, adjointe administrative, Colette Fournier, intervenante, Josée Otis, intervenante, Isabelle Poirier, coordonnatrice et Diane Lalande, intervenante.

« C’est à trente ans que les femmes sont belles. Que les belles sont femmes que les femmes sont vraies », disait Ferland. Pour le Centre de Femmes La Moisson, célébrer 30 ans d’existence constitue également un jalon. Il entre dans la force de l’âge; enraciné dans sa communauté et paré à relever de nouveaux défis.

« Il y a quelque chose dans l’air pour nous en 2016; on ressent vraiment une énergie positive planer sur le Centre et sur ses membres », laisse entendre d’emblée Isabelle Poirier, coordonnatrice du Centre de femmes La Moisson, un sourire dans le regard, lorsqu’elle trace le bilan de cette 30e année.

Forte de l’héritage des femmes qui ont fait vivre le centre depuis 1985, l’équipe actuelle a profité du 30e anniversaire pour célébrer, amorcer une réflexion sur l’avenir et entamer un nouveau chapitre de son histoire.

Une histoire riche

La comédienne Geneviève Schmidt, porte-parole du Centre de femmes La Moisson, contribuent à maximiser la visibilité du Centre. Elle participe activement à la Journée spaghetti annuelle.
La comédienne Geneviève Schmidt, porte-parole du Centre de femmes La Moisson, contribuent à maximiser la visibilité du Centre. Elle participe activement à la Journée spaghetti annuelle.

Cette histoire plonge ses racines en 1985, lorsqu’un groupe de femmes bénévoles mené par Nicole Coussement ont créé un groupe d’aide pour les femmes victimes de violence conjugale dans Vaudreuil-Soulanges.

Au fil des années, le groupe varie ses champs d’intervention, et intègre à sa programmation des sessions de groupe de croissance personnelle et des interventions en relation d’aide. Ses membres se mobilisent de plus en plus dans la communauté. En 2001, le Centre emménage dans le bâtiment actuel, à L’Île-Perrot.

Dans les dernières années, le Centre de Femmes La Moisson a fait sa marque, entre autres avec sa traditionnelle journée spaghetti; l’une de ses principales sources de d’auto-financement. L’édition  du 30e anniversaire a d’ailleurs permis d’amasser la somme de 13 000 $.

Un mandat adapté

Le Centre de Femmes La Moisson accueille toutes les femmes de Vaudreuil-Soulanges afin de les soutenir dans le développement de leur plein potentiel dans un climat de confiance, de confidentialité, d’égalité et de solidarité. L’équipe d’intervenantes privilégie une approche qui favorise l’autonomie par l’affirmation de soi dans le respect du rythme de chacune.

Les demandes d’aide, qui se sont par exemple élevées à 1083 pour la période 2014-2015, touchent de nombreuses sphères : Relations interpersonnelles (36 %), Santé mentale et physique et toxicomanie (28 %), Isolement, perte et deuil (19 %), Pauvreté et logement (12 %), Violence conjugale et agressions sexuelles (5 %).

« Les femmes qui viennent ici vivent un trop-plein dans leur quotidien, et nous leur offrons un soutien et un service d’écoute gratuit. Elles viennent ici pour amorcer une démarche personnelle, pour partager leur expérience et s’inspirer de celle des autres. Nous avons, au fil des années, adapté nos services aux besoins de la communauté d’ici », explique Isabelle Poirier.

2016 : une année de feu

Pour l’équipe, le 30e anniversaire s’est avéré l’occasion de célébrer. L’année a été ponctuée de plusieurs activités spéciales, qui ont permis entre autres de maximiser la visibilité du Centre, de son équipe et de ses membres, dans la communauté et sur le web.

Les sculptures réalisées dans le cadre du projet Accent de Femmes.
Les sculptures réalisées dans le cadre du projet Accent de Femmes.

D’ailleurs, le Centre prendra part, le 23 juin, au grand défilé Mozaïk à Vaudreuil-Dorion. Le groupe présentera les sculptures créées dans le cadre du projet Un accent féminin; un projet créatif réalisé au printemps, en collaboration avec Tina Struthers. L’objectif de ce projet était de permettre aux participantes de réfléchir sur leurs expériences de vie personnelles, et d’utiliser un langage visuel pour raconter son histoire. Les œuvres réalisées, inspirées des poupées de Ndébélé sud-africaines, feront donc partie du défilé. Les participantes ont également créé des costumes flamboyants et une structure d’envergure.

« La participation à Mozaïk a permis une belle implication des femmes. C’est une belle occasion de stimuler le sens de l’initiative des membres et d’encourager la proactivité; cela leur permet de prendre leur place. Elles ont hâte et elles sont fières de partager leur attachement au centre avec la communauté », souligne Isabelle Poirier.

D’ailleurs, la coordonnatrice souhaite saluer le travail des membres du conseil d’administration du Centre. « Le rayonnement du Centre est aussi attribuable à un CA très actif constitué de femmes issus de diverses horizons », dit-elle.

Une vision pour l’avenir

Le 30e anniversaire est l’occasion de fêter, mais aussi de réfléchir aux défis à venir.

« Dans les prochaines années, nous souhaitons  avoir les moyens d’offrir de la relation d’aide de soir pour pouvoir aider encore plus de femmes. Nous sommes une équipe dynamique et motivée. Nous sommes prêtes à relever les défis  des prochaines années », conclut Isabelle Poirier.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *