Des délégués surpris

Anne Quach a fait partie de la minorité qui apuyait Thomas Mulcaire. Photo NPD
Anne Quach a fait partie de la minorité qui apuyait Thomas Mulcaire. Photo NPD

Politique – La surprise a été de taille pour les Néo-Démocrates Anne Quach et Jamie Nicholls dimanche. Ils ne s’attendaient pas à un tel rejet du leadership de Thomas Mulcair.

Thomas Muclair a remporté la chefferie du Nouveau Parti démocratique (NPD) en 2012; il prenait ainsi la relève à Jack Layton, décédé quelques mois plus tôt.
En octobre dernier, dans le cadre des dernières élections fédérales, le NPD perdait plusieurs circonscriptions, dont celle de Vaudreuil-Soulanges, aux mains des Libéraux de Justin Trudeau. Le leadership du chef néo-démocrate ne faisait vraisemblablement plus l’unanimité. Plus précisément, se tenait au cours de la fin de semaine à Edmonton le congrès du NPD où Thomas Mulcair devait se soumettre à un vote de confiance. Seulement 48 % des délégués sur place souhaitaient le voir conserver ses responsabilités. Devant ce rejet, la formation politique tiendra une course à la chefferie.

« J’ai vraiment été surpris par les chiffres finaux. Je ne m’attendais pas à une telle déconfiture », souligne Jamie Nicholls, ancien député de Vaudreuil-Soulanges pour le NPD. Il a lui-même voté contre Thomas Mulcair. Il explique : « Les membres du parti ne sont pas satisfaits. On ressent un besoin de renouveau et beaucoup estimaient ne pas vouloir se relancer dans une élection avec Thomas Mulcair comme chef. » Pour l’ancien député, l’ambiguïté du NPD sur la question des oléoducs dans les dernières élections a nui au chef Thomas Mulcair.

Anne Quach se trouve de l’autre côté du spectre; elle a voté pour le maintien en poste de Thomas Mulcair. Elle se dit abasourdie et émue par la tournure des événements. « Ça été une dégelée totale. De ce que j’ai compris, les membres du parti veulent quelqu’un plus émotif et plus à gauche que Tom », commente la députée de Salaberry-Suroît. Anne Quach croit que la défaite électorale d’octobre dernier a démotivé la base militante, d’où le mauvais résultat au vote de confiance. Elle tient à souligner le courage de l’ancien chef qui restera en place au cours de la course à la chefferie.

Vers l’avenir

Jamie Nicholls a été député de Vaudreuil-Soulanges de 2011 à 2015. Photo NPD
Jamie Nicholls a été député de Vaudreuil-Soulanges de 2011 à 2015. Photo NPD

Les deux politiciens s’entendent sur une chose : les prochains mois seront propices aux discussions et au renouvellement des idées au sein du parti.

« J’espère une remobilisation avec tout ce processus; un regain d’énergie et de vigueur à tous les nouveaux. Ça nous rendra plus solides aux prochaines élections pour défendre les valeurs du NPD. Nous allons rester très fort. Je suis confiante », lance Anne Quach.

« Ça va être un temps dynamique, une phase de renouveau. On va pouvoir faire des consultations des bases pour prendre le pouls et revoir certaines choses. On va sortir plus forts. Ça reste triste d’un point de vue humain pour Tom », indique Jamie Nicholls.

Parlant d’avenir, ce dernier ne sait pas encore s’il se relancera dans l’arène politique lors des prochaines élections canadiennes. Il affirme ne pas fermer de portes, mais être heureux de faire du travail localement sur des enjeux qui le touchent.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *