Une Cèdrelle fatiguée d’attendre

Au printemps, le bas de la pente de la rue des Tourterelles se transforme en une mare de boue. Kelly Turpin en a assez. Photo Christopher C. Jacques
Au printemps, le bas de la pente de la rue des Tourterelles se transforme en une mare de boue. Kelly Turpin en a assez. Photo Christopher C. Jacques

Municipalité – Kelly Turpin a emménagé dans sa demeure des Cèdres en 2012. Elle attend toujours que le tronçon de rue devant chez elle soit pavé.

« Je ne comprends tout simplement pas pourquoi rien n’est fait. Au moment de l’achat de la maison, le promoteur nous disait que la rue allait être pavée prochainement. À chaque fois que je parle à quelqu’un de la Ville, on me dit que les travaux sont imminents, mais les raisons des retards sont toujours différentes. Ça fait quatre ans que ça dure », relate Kelly Turpin, qui habite au bas de la pente de la rue des Tourterelles.

La situation actuelle a plusieurs conséquences fâcheuses pour la mère de trois jeunes enfants, surtout avec la fonte des neiges et les pluies abondantes. En effet, une grande quantité d’eau ruisselle vers le bas de la pente, causant une grande flaque de boue. « Mes enfants ne peuvent pas faire de vélo, par exemple. Je peux difficilement les envoyer jouer dehors, en raison de la boue et de la quantité de gravier qu’apporte l’eau », explique Kelly Turpin.

Pour ajouter à son incompréhension, la résidente voit à quelques mètres de chez elle, dans le quartier Haut-Chamberry, des rues être pavées dès que les maisons sont construites. « Depuis que j’habite ici, je paie des taxes pour les infrastructures. Je n’ai pas l’impression d’en avoir pour mon argent. J’ai le drôle sentiment d’habiter dans un coin perdu de la ville », se désole-t-elle.

Point de vue municipal

Selon Jimmy Poulin, directeur général de la municipalité, le pavage de la rue des Tourterelles est une problématique qui préoccupe beaucoup les élus et l’administration.

« Nous avons autorisé un règlement d’emprunt de 2,5 millions $ pour compléter une série de travaux l’an dernier, dont la rue des Tourterelles, plaide l’administrateur. En théorie, le pavage aurait été fait en octobre 2015. Cependant, cette rue représente différents défis et nous avons dû stopper les démarches pour revoir nos plans. »

Au nombre de ses défis, il signale l’existence même de la pente et le ruissellement important de l’eau. À cet égard, plutôt que de simplement paver la rue, la municipalité doit aussi prévoir des bordures afin de diminuer le facteur d’accélération de l’eau. Le plan a aussi dû être majoré de puisards tout au long de la pente afin de recueillir un maximum d’eau pour éviter des accumulations au bas de la rue.« Le projet a changé en raison de ces défis. Nous travaillons sur le nouveau plan », annonce Jimmy Poulin.

En ce qui concerne le pavage rapide dans le secteur Haut-Chamberry, le directeur général rappelle que la structure financière derrière ce projet est complètement différente de celle pour la rue des Tourterelles. Alors que le pavage est payé par le promoteur dans le Haut-Chamberry, comme pour tous les nouveaux projets, le pavage sur la rue des Tourterelles est financé par la municipalité.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *