La sentence tombe pour Louise Léger Villandré

La sentence est tombée pour Louise Léger Villandré, ex-directrice générale de Hudson, près de 17 mois après son arrestation. Parée de sa large valise dans la salle d’audience, elle était préparée à cette ultime comparution.

Il s'agit de la fin d'un sombre chapitre pour la communauté de Hudson.
Il s’agit de la fin d’un sombre chapitre pour la communauté de Hudson.

D’emblée, le procureur de la Couronne Mathieu Longpré a rappelé les faits. Entre 1996 et 2013, Louise Léger Villandré a détourné 1 032 690 $ de fonds publics à son compte personnel, en ayant recours à divers stratagèmes. Elle a entre autres continué à empocher le salaire de greffière à la cour municipale de Hudson après le transfert de celle-ci à la MRC de Vaudreuil-Soulanges. L’Unité permanente anti collusion avait procédé à son arrestation le 8 octobre 2014.

Le 10 décembre 2015, Louise Léger Villandré a plaidé coupable à six des 19 chefs d’accusation auxquels elle faisait face, dont fraude, abus de confiance et emploi de documents contrefaits.

Prononcé de la sentence

La femme de 66 ans a été condamnée à 30 mois de prison, à la recommandation conjointe du procureur et de l’avocat de la défense.

Plusieurs critères ont été considérés pour établir à 2 ans et demi la période d’incarcération. « Ce qui a été pris en considération, ce sont plusieurs facteurs : l’âge et l’état de santé de la dame, le montant de la fraude, l’absence d’antécédents judiciaires et la situation financière actuelle. Tout cela a été observé, et la sentence réponds aux critères de la jurisprudence », a laissé savoir le procureur Me Mathieu Longpré.

Questionné sur la possibilité d’un remboursement des sommes détournées, Me Longpré a exposé les conclusions de l’expertise comptable. « Nous ne savons pas où est allé l’argent, en raison de la période sur laquelle la fraude s’est déroulée, soit 17 ans. L’expertise comptable n’est pas parvenue à le retracer de manière exacte », dit-il. Lors du prononcé de la sentence, le procureur a rappelé que Louise Léger Villandré a déclaré faillite en décembre 2015. La pension versée par la Ville de Hudson et ses prestations de la Régie des Rentes du Québec lui assurent aujourd’hui un revenu de 3300 $ par mois, rendant illusoire l’éventualité d’un remboursement.

Consensus

L’avocat de Louise Léger Villandré, Me Robert La Haye, a insisté sur le fait que tout au long du processus, sa cliente a reconnu les faits sans tenter de les maquiller, tout en contribuant avec sérieux aux différentes étapes judiciaires. Il a également mis en lumière le faible risque de récidive de sa cliente, puisqu’elle est désormais à la retraite.

Enfin, il s’est dit satisfait de la sentence. « La sentence est satisfaisante à mon point de vue. La fraude mérite de l’emprisonnement; voilà pourquoi je ne me suis pas battu pour une assignation à domicile. Mais à 66 ans, elle a exprimé des regrets et son agent de probation a conclu à un faible risque de récidive », a-t-il dit.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ