SQ : Bilan routier 2015

Le bilan routier 2015 de la Sûreté du Québec mets en lumière une hausse des collisions mortelles.

La SQ poursuit ses efforts au niveau de l’éducation, la prévention, l’intervention et la communication. photothèque
La SQ poursuit ses efforts au niveau de l’éducation, la prévention, l’intervention et la communication. photothèque

La Sûreté du Québec (SQ) dévoilait cette semaine les données provisoires de son bilan routier 2015, qui révèlent une hausse de 13 % des collisions mortelles comparativement au bilan de 2014.

En effet, le nombre de collisions est passé de 216 en 2014 à 245 cette année. Malgré cette hausse, la Sûreté du Québec, continue de travailler sans relâche pour sauver des vies, notamment sur les routes du Québec. Quotidiennement, les policiers réalisent de nombreuses actions afin d’améliorer le bilan routier, en collaboration avec leurs partenaires.

Concernant la région de la Montérégie, 30 collisions mortelles sont survenues sur le réseau routier, 4 hors du réseau routier, pour un total de 34 collisions mortelles en 2015.

Différentes causes

Le bilan de 2015 démontre que les causes des collisions mortelles les plus fréquentes sont les excès de vitesse et la conduite dangereuse (26 %), la capacité de conduite affaiblie par l’alcool, les drogues ou la fatigue (17 %) et les distractions au volant (5 %). De plus, le non-port de la ceinture de sécurité a été observé chez 21 % des personnes décédées dans des collisions routières.

Certains groupes d’usagers ont vu leur représentation augmenter dans le bilan de cette année. Une hausse de 30 % des collisions mortelles impliquant un motocycliste a été observée, comparativement à la moyenne des cinq dernières années, passant de 33 collisions à 43 collisions en 2015. Sur une note positive, une baisse de 38 % est notée concernant les victimes de la route âgées de 16 à 24 ans, passant d’une moyenne de 70 victimes à 43 en 2015.

Malgré une hausse des collisions mortelles survenues en 2015 comparativement à 2014, la tendance à la baisse se maintient, puisque le nombre est passé de 273 pour la moyenne des années de 2010 à 2014 à 245 en 2015, ce qui représente une diminution de 10 %.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Journaliste

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *