Soins de fin de vie : la MSPVS dans l’attente

L'ancienne ministre Véronique Hivon a été l'une des instigatrice de la loi.
L’ancienne ministre Véronique Hivon a été l’une des instigatrice de la loi.

Santé – Le 22 décembre dernier, la Cour d’appel du Québec donnait raison au gouvernement du Québec : la Loi concernant les soins de fin de vie ne rentre en contradiction avec aucune autre législation. Les responsables de la Maison de soins palliatifs de Vaudreuil-Soulanges (MSPVS) attendent plus de détails sur la loi.

Bien qu’aucun cas de demande d’aide médicale à mourir n’ai eu lieu à la MSPVS pour l’heure, la conseillère clinique Monique Sasseville se dit en faveur de ce type de soins. « C’est dans notre mission de fournir des soins de fin de vie », explique l’infirmière.

Elle souligne que la MSPVS travaille en lien avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de Montérégie-Ouest (CISSSMO) sur ce dossier. « La loi est toute récente et ses paramètres ne sont pas encore tout à fait fixés et connus », révèle-t-elle.

Monique Sasseville et Julie-Anne Lambert, directrice générale de la MPSVS, sont confiantes d’avoir plus d’informations sur la Loi concernant les soins de fin de vie au cours du mois de janvier.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Pingback: Soins de fin de vie : la MSPVS dans l'attente |...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *