Le communautaire dénonce l’austérité

Des centaines de représentants du milieu communautaire ont uni leur voix ce lundi, pour lancer un message clair à la ministre et députée de Soulanges Lucie Charlebois : le temps est venu de passer de la parole aux actes.

« Refusons l’austérité », « Services aux démunis en péril », « Qui sème la misère récolte la colère », « Notre règle d’or : l’humain d’abord », pouvait-on lire sur quelques-unes des nombreuses affiches brandies par les manifestants.

Des citoyens venus d’aussi loin que Sorel se sont joints à ceux de Vaudreuil-Soulanges, dans la foulée de cette action concertée. Au total, plus de 500 personnes sont venues signifier à la ministre que son gouvernement doit accorder de nouveaux crédits budgétaires aux organismes communautaires qui interviennent dans le domaine de la santé et des services sociaux, en défense collective des droits et dans le développement local.

Parmi les organismes présents aujourd’hui, plusieurs d’entre eux ont décrété deux journées de fermeture (2 et 3 novembre) pour signifier au gouvernement et à la population qu’ils sont à bout de souffle.

Une patience qui s’essouffle

Il y a près de deux ans, l’Assemblée nationale adoptait une motion unanime pour l’augmentation du financement des organismes communautaires. Or, depuis ce temps, le gouvernement n’est pas passé à l’acte et les organismes se disent toujours dans une situation précaire qui met en péril leur capacité à répondre aux besoins des communautés. « Le Parti libéral du Québec a appuyé la motion pour le rehaussement du financement des organismes; cela fait presque deux ans et nous attendons toujours, ils doivent verser les sommes annoncées. Le gouvernement du Parti libéral doit agir rapidement dans ce dossier », de dire Suzanne Demers, vice‐présidente de la Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie.

« Les groupes ont besoin de soutien pour continuer d’aider les personnes qui les fréquentent. Actuellement, la pression les mène à faire des choix difficiles tels que refuser du monde, couper des activités, mettre à pied leur personnel ou même fermer l’organisme », ajoute-t-elle.

Réactions sur le terrain

L’équipe du Centre d’action bénévole L’Actuel, de Vaudreuil-Dorion, a pris part aux manifestations du 2 novembre.

« Nous sommes ici pour dénoncer le sous-financement aux organismes communautaires. Nous sommes ici au nom de notre clientèle vulnérable et sans ressource. L’indexation de la subvention principale du Centre d’action bénévole diminue chaque année, et il n’y a aucune nouvelle somme d’argent. De ce fait, nous ne pouvons répondre à la demande grandissante, ni offrir de nouveaux services », explique Francine Plamondon, directrice générale du Centre d’action bénévole L’Actuel.

Le manque à gagner des organismes en santé et services sociaux au Québec est évalué à 225 millions de dollars annuellement tandis qu’en défense collective des droits, on évalue un manque à gagner de 40 millions de dollars et du côté des Corporations de développement communautaire, on parle de 7 millions de dollars pour consolider leur financement.

Réaction de Lucie Charlebois

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique et députée de Soulanges Lucie Charlebois salue d’abord l’engagement et la mobilisation du secteur communautaire. « J’ai pu suivre l’action en direct. J’accepte le point de vue du milieu communautaire et je respecte bien sûr leur droit de manifester », dit-elle d’emblée.

Elle souhaite toutefois apporter une nuance au discours diffusé par les représentants des organismes. « Il n’est pas exact de parler de coupures dans les dernières années. Au ministère de la Santé et des Services sociaux, les subventions sont passées de 521 440 000 $ à 529 000 000 $ dans la dernière année », rappelle-t-elle.

La ministre souhaite dire aux organismes qu’elle comprend leurs demandes, mais que dans le contexte actuel où le gouvernement vise le déficit 0, il est impossible de prendre des engagements.

« Je demeure la meilleure alliée des organismes communautaires, et je suis prête à m’asseoir avec eux pour discuter », exprime-t-elle. Et de conclure : « Je suis une ministre de terrain et je sais que le milieu communautaire est formé de gens réellement passionnés en qui j’ai pleinement confiance ».

VIVA Web 2
L’équipe du Centre d’action bénévole L’Actuel s’est jointe à la manifestation. (VIVA)
VIVA web 3
Le Centre de femmes La Moisson, de l’Île-Perrot, dénonce lui aussi le sous-financement chronique. (VIVA)
VIVA web 4
Le Grand Rassemblement des Aînés de Vaudreuil et Soulanges a fermé ses portes pour prendre part à l’action concertée. (VIVA)

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *