18 septembre : Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes

Est-ce pertinent de dédier une journée à la lutte contre la violence sexuelle? Lorsqu’on sait qu’au Québec, une femme sur trois est victime d’une telle violence au cours de sa vie, la réponse s’impose d’elle-même.

La violence faite aux femmes, les agressions à caractère sexuel et l’hypersexualisation ne concernent pas qu’un groupe restreint de personnes.

En effet, il appartient à toute la société d’en prendre la responsabilité et de poser des gestes afin de changer les choses. C’est pourquoi la journée d’action du 18 septembre se déroulera sous le thème La violence sexuelle regarde tout le monde!.

À l’occasion de cette journée, un groupe de ressources de la région et des environs a créé un comité d’action. Ensemble, elles proposent à tous de prendre un moment pour réfléchir, prendre position et poser un geste concret contre la violence sexuelle.

Action concertée

Pour échanger avec les citoyens et diffuser leur message, le comité déploiera des équipes dans certaines stations-services de la région. Elles seront présentes le 17 septembre à la station Ultramar de Saint-Clet, de 10 h à 12 h 30, puis le 18 septembre à la station Ultramar de Coteau-du-Lac de 10 h à 12 h 30, et au Esso du boulevard Harwood à Vaudreuil-Dorion de 15 h à 17 h.

Sur place, elles profiteront du moment où les citoyens font le plein pour tester leurs connaissances sur la violence sexuelle à travers certaines statistiques, en plus de répondre aux questions des citoyens.
Elles distribueront également un bracelet à l’effigie de la journée, pour que chacun puisse devenir lui aussi un vecteur de sensibilisation.

« Nous avons visé les stations-services, car nous savons que nous allons y rencontrer une clientèle variée. Cela cadre parfaitement avec notre message; la violence sexuelle regarde tout le monde », laisse savoir Roxanne Leblanc, intervenante sociale au C.A.L.A.C.S La Vigie.

« Porter le bracelet que nous allons distribuer, c’est une belle façon de prendre position. C’est un petit geste qui compte et qui fait la différence », indique pour sa part Véronique Girard, directrice du centre d’hébergement La Passerelle.


Quelques statistiques
– Entre 72 % et 84 % des victimes d’agression sexuelle connaissent l’agresseur
– Seulement 10% des agressions sexuelles sont signalées à la police
– Le Québec est la province canadienne ayant le plus bas taux de dénonciation
– 44 % des femmes qui ont préféré ne pas dévoiler une agression disent avoir fait ce choix en raison de l’attitude des forces policières et des tribunaux envers ce crime.
– Le C.A.L.A.C.S La Vigie, de Salaberry-de-Valleyfield, a offert son aide à 154 personnes dans la dernière année.

Ressources partenaires

C.A.L.A.C.S La Vigie – Offre des services d’aide (confidentiel et gratuit), de sensibilisation et de lutte en lien avec la problématique des agressions à caractère sexuel. 450 371-9590.

L’Accueil pour Elle – Centre d’aide et d’hébergement pour femmes seules ou avec enfants victimes de violence conjugale. 450 371-4618.

Résidence Elle du Haut-Saint-Laurent – Hébergement pour femmes violentées ou en difficulté, et leurs enfants. 450 264-2999.

Hébergement La Passerelle – Hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale. 450 424-6010.

Centre d’main de femmes – Lieu d’appartenance et d’intégration où les femmes peuvent être accompagnées dans leurs démarches dans un esprit féministe. 450 371-1500.

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Informez-vous
PUBLICITÉ